Quand on devient parent, je crois que notre principale inquiétude tourne autour de la nourriture.
On en voit, des statuts, messages, des appels au secours concernant l’alimentation de nos enfants :

– Dois je choisir le sein ou le biberon ?
– Est ce qu’il mange assez ?
– Il ne mange plus, je m’inquiète !

Souvent, on conseille aux parents d’arrêter de s’en faire. On leur explique que plus la nourriture va être une inquiétude pour eux, plus les enfants vont le ressentir et en jouer.

Chez moi, l’alimentation n’a jamais été une inquiétude. Je ne me suis jamais vraiment pris la tête avec ce que mange mes enfants, quand, comment et en quelles quantités.

Je n’ai jamais non plus suivi les règles, une fois l’allaitement terminé.
Pour moi, le passage au biberon n’a rien changé. J’ai continué à les écouter, à leur donner un bib même si le dernier avait été pris moins de 3 h avant.
Je n’ai jamais suivi les indications de quantité. S’ils avaient encore faim, je refaisais un biberon. Point.

Je me rappelle m’être fait taper sur les doigts par la PMI parce que mon aîné prenait à 4 mois les quantités pour un enfant de plus de 6 mois.
Et alors ? S’il a faim ? Où est le problème ?

A 6 mois, pour chacun de mes enfants, on m’a poussé à passer à la diversification.
Pourtant, aucun des trois n’a eu envie de quitter les biberons.
Mon aîné, à presque un an, refusait petits pots (maison ou achetés). Même les yaourts et compotes ne trouvaient pas grâce à ses yeux.
Pas une seule fois je ne me suis dit « Mince ! Il faut absolument qu’il mange ! »
J’ai simplement continué à lui donner des biberons à la demande, tout en le laissant piocher dans mon assiette quand nous mangions.

A 1 an, le jour de son baptême, il a bien voulu enfin se passer de son biberon pour partager avec nous nems et plats du restaurant chinois où nous fêtions l’événement.

J’ai ré-appliquer cette méthode à chacun de mes enfants.

Je leur mettais une assiette avec ce que nous mangions. Ils avaient le choix.
Ils ont tous abandonnés le biberon vers 1 an, finalement.

Actuellement, je me bats avec mon médecin parce que Tisinge, 4 ans, prend encore un biberon le matin et un le soir.
J’ai tout essayé : le bol, les céréales, une jolie tasse choisie par lui.
Non, lui ne veut que son biberon. Si jamais nous le lui refusons, il ne boit plus de lait.
J’ai laissé vite tomber et je lui laisse son biberon, si c’est son souhait.
Mon médecin pense, lui, qu’à 4 ans, le biberon, c’est fini.

J’ai une pensée qui me dirige, que ce soit sur l’alimentation ou tout le reste :
« Pourquoi se prendre la tête ? On ne voit pas d’ado de 18 ans avec un biberon / des couches / qui ne marchent pas… »

Vous voyez, ça marche pour tout.
Parce que si on regarde ce qui nous inquiète avec la distance, on peut se rendre compte que ces étapes se feront naturellement, plus ou moins tôt, mais finiront pas être passées….

Alors pourquoi se battre pour qu’ils mangent des aliments plutôt qu’un biberon, qu’ils marchent alors qu’ils veulent ramper pour le moment.
C’est tellement d’énergie gaspillée pour rien, pour des choses qui n’en valent pas la peine.

Tellement d’énergie qui serait mieux employée pour leur apprendre à être polie, à voir le monde sans différence, sans peur de l’autre..

Ils parlent éducation aussi :
Franck papa blogueur a du mal à garder son calme à table,
Valérie WonderMômes s’interroge sur le modèle alimentaire à leur transmettre,
Mon Papa cherche des solutions au fameux « J’aime pas »,
Maman Mammouth vous propose une petite expérience pour vous rendre compte du gras caché dans l’alimentation de tous les jours,
Maman moderne politiquement incorrecte vous parle du plaisir des livres en héritage,
Méli Mélo vous parle de DME ou comment laisser l’enfant gérer sa diversification alimentaire,
Assise sur son volcan, elle vous parle de sa façon d’éduquer à l’alimentation,
Drôle de maman te donne des pistes pour contrer la peur du dentiste,
Renata vous parle alimentation en image,
Apprendre à manger avec Poucelimama,
Bulle de plume propose de découvrir des nouveaux aliments.

macaron-rdv-education

 

24 réponses à to “Vivre pour manger [ #JeudiEducation]”

  • Aloès says:

    Tu as bien raison de suivre ton intuition et il y a tellement de raisons de se/leur prendre la tête qu’il me semble plus que raisonnable de se/leur faire confiance en matière de nourriture 😉

  • Renata says:

    Vivre pour manger…
    ou manger pour vivre?
    Moi j’ai mis dessiner ensemble ou manger ensemble ha ha ha

    Entièrement d’accord avec toi Vanessa !!!
    c’est incroyable comment il y a des « institutions » qui pensent qu’il faut allaiter pas plus que ceci, pas ainsi mais ainsi, qu’il faut absolument diversifier à tel ou tel mois…
    Il faut absolument, jeunes mamans, aller voir le blog de Eliana sur l’allaitement, en plus il est super joli
    http://www.allaitement-maternel.fr

    Vanessa, je voulais te dire aussi que, si aujourd’hui on parle de diversification à 6 mois, c’est une aubaine! Car il y a 20 ans (l’âge de mes enfants!) c’était à 3 mois. Allaiter longtemps en France c’était 4 mois et en Suisse allaiter très peu de temps parce qu’on n’a pas de lait, c’était 4 mois… et puis il y a aussi le couchage, tout est un peu une histoire de mode… etc etc
    IL faut comme tu le dis « vivre » et le vivre sans se poser 30mil questions. Il faut évidement lire et se renseigner et puis suivre ce que notre enfant nous dit. Savoir l’écouter.

    A jeudi prochain
    Renata
    http://lesimages2renata.com/dessinons-ensemble/

  • Tout à fait d’accord!… En se détendant sur le sujet, ça les détend aussi, et leur permet de rester fidèle à leur sensation de faim et de satiété qu’on a tendance à perdre quand on subit trop de contraintes 😉

    • Mère Débordée says:

      Tout à fait. En les forçant, en se prenant la tête, on risque d’engendre des TOC alimentaires. Il y a bien d’autres choses plus importantes sur lesquelles se battre

  • Je me retrouve un peu dans ton article… je m’inquiète parfois un peu, mais je ne me suis jamais trop prise la tête pour mon Girafon.

    Diversifié à partir de 4 mois et demi, en douceur, selon ses envies… mais en laissant la priorité à l’allaitement.

    Il a maintenant 2 ans et je l’allaite toujours, il mange très très très peu, voire pas du tout certains jours… mais il tète, et au final c’est l’essentiel. Il est en parfaite santé, plein d’énergie! Il picore, n’a pas mangé de légumes et de viande depuis plus de 8 mois… et puis un jour ça le prend il mange 1/2 concombre et 2 assiettes de pâtes lol

    Je me suis faites reprendre la dernière fois par un médecin.. « ah oui mais il lui faut une portion de légumes et de viande aux repas hein! »… oui ben s’il en veut pas je fais comment? Je le gave? ^^
    Pour moi, du moment qu’il goûte parfois, qu’il mange au moins un peu quelque chose je m’inquiète plus.

    Ca finira par évoluer 🙂
    j’ai souffert de TCA pendant près de 10 ans, pour moi il est hors de question que l’alimentation devienne une obsession pour mes enfants!

    • Mère Débordée says:

      Voilà, moi aussi, j’ai eu des soucis « alimentaires » et hors de question d’être la cause des éventuelles futures névroses alimentaires de mes enfants 😉

  • Méli mélo says:

    Je crois que tu as tout résumé par: ce sont des « étapes [qui] se feront naturellement, plus ou moins tôt, mais finiront par être passées…. »
    Je suis totalement en accord avec toi. Dans notre société, il y a beaucoup de pression pour que tout le monde entre dans la norme… C’est tellement dommage. On peut briser des enfants comme ça 🙁

  • Je pense que comme tu le dis, il faut suivre son instinct.
    Ma plus jeune soeur a pris un biberon matin et soir jusque 6 ans (mais là le médecin disait à mes parents de ne pas s’inquiéter du moment qu’elle n’avait pas de carences et une croissance « normale » ) alors que j’ai arrêté très tôt !
    Pour autant on s’en porte pas plus mal aujourd’hui !

  • Chapeau!!! j’ai été bcp moins zen pr mes enfants!! et trop influençables par le docteur… maintenant oui, mais ils ont 3 et 5 ans!

  • WonderMômes says:

    J’admire ta zénitude pour l’alimentation…mon deuxième picore, il est bien éveillé et tonique mais j’avoue qu’il n’est pas très épais, ça m’inquiète toujours un peu…

    • Mère Débordée says:

      Mon ainé mange à peu près correctement mais est fin comme un haricot avec un teint très pale. Les gens qui le connaissent ou pas s’inquiètent souvent de son état de santé. J’avoue que quand je regarde des photos, moi aussi ça m’interpelle. Mais il est aussi éveillé et tonique donc bon… 😉

Laisser un commentaire