10003711_618987384839398_206104898_o

illustration by Ninie Stitch

 

Le thème proposé pour les Jeudi Éducation de cette semaine me parle bien : « L’importance du langage des parents dans l’acquisition du langage des enfants ».

J’avoue être d’accord avec ça. Le langage des parents, mais aussi des personnes qui gravitent autour d’un enfant est plus qu’important dans l’acquisition de celui-ci.
Mais pas que. La radio, la télévision, tout cela aura aussi une importance dans le vocabulaire que va acquérir l’enfant.
Quand Gremlins avait 3 ou 4 ans, un jour, il me demanda pourquoi la cheminé avait des aérations sur le côté, dans notre salon.
Alors que je m’apprêtais à lui répondre, il a levé la main et me coupe « Ah ! J’ai une hypothèse… »

J’avoue avoir été surprise qu’il emploie ce mot que je ne me rappelais pas lui avoir appris. Et je me suis rendue compte que cela venait du dessin-animé Dino train.

Tisinge, lui, nous a régalé à plusieurs reprises d’un « par conséquent » très bien placé. Chaque fois, je souris d’entendre une telle façon de parler dans la bouche d’un enfant de 3 ans.

Plus prosaïquement, je pense qu’il est important qu’un parent parle à son enfant. Les parents sont les premiers apports éducatifs du langage de l’enfant.
Si ce dernier n’a aucun soucis particulier, il commencera à parler en essayant de répéter, d’imiter ses parents ou les personnes qui l’entourent.
On le voit d’ailleurs très bien à l’apparition des premiers babillages. Qui n’a jamais passé un moment avec son bébé à répéter « Papa. Dis Papa. Papapapapa ».

Une fois le langage en route, c’est encore une fois les parents, la fratrie et l’entourage qui apportent en premier lieu le vocabulaire à l’enfant. Celui-ci répétera ce qu’il entend, ce qui est désespérant, parfois, à l’occasion d’un « Putain » sorti trop vite de la bouche d’un parent et aussitôt répété par l’enfant.

Heureusement, les parents ne sont pas les seuls à apporter le vocabulaire à l’enfant. Crèche, nounou, maîtresse joueront un grand rôle aussi.
Et, plus tard, la lecture.
Elle apporte une réelle richesse au niveau vocabulaire.
Les enfants qui lisent auront un vocabulaire plus grand, plus étendu que ceux qui ne lisent pas.

Je me rappelle un jour, alors que mon Ex me disait sortir chez des amis pour une petite soirée festive, lui avoir dit « Ok, en fait tu vas à une petite sauterie »
Lui, choqué, car persuadé que ce terme évoquait quelque chose de sexuel. Il aura fallu que je sorte un dictionnaire pour lui prouver par A + B que cela voulait dire « Petite fête ».
C’est d’ailleurs un sujet de plaisanterie.

Ce genre de mots, je ne les ai pas appris par ma famille, mais dans mes lectures. Comme beaucoup d’autres.
Et je trouve important d’apprendre un maximum de vocabulaire à mes enfants.

Quand ils étaient touts-petits, je faisais comme tous les parents, j’utilisais des mots de « bébés ».
Mais dès qu’ils ont réellement commencé à parler et à grandir sur le plan du langage, j’utilise un langage soutenu, celui qui me vient spontanément.

C’est parfois épique de leur expliquer certains mots. J’utilise souvent des synonymes pour qu’ils comprennent.
Une personne de mon entourage me dit que je suis idiote de leur parler ainsi, parce qu’ils ne comprennent pas et que, donc, ça ne sert à rien.

Elle a tort, et je suis chaque fois extatique quand j’entends un de mes enfants reprendre un mot, une expression qu’il aura entendu de ma bouche et qui n’est pas forcément quelque chose qu’on entend tous les jours.

Je pense que c’est une réelle richesse à leur offrir.
Certes, il y aura des parents qui n’ont pas forcément le vocabulaire pour le faire, comme ça, à première vue.
Mais justement, c’est pour ça aussi que les livres existent. Et qu’il ne faut pas hésiter à lire à nos enfants, leur donner envie de lire, d’être curieux…

Parce que, plus tard, ils ne pourront que vous en remercier, et leur entourage aussi !

macaron-rdv-education

Ils parlent aussi d’éducation : doudou or not doudou ?,  des lettres aux syllabes, accompagner son enfant dans l’amour de la lecture, les deux mots magiques pour calmer la douleur de votre enfant, exposer ses oeuvres d’art

9 réponses à to “Une histoire de langage”

  • Emma June says:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Bien parler, je trouve ça vraiment très important et quelle fierté et plaisir de l’entendre utiliser de beaux mots comme « magnifique » ou « agréable » à 2/3ans 🙂

  • Elodie says:

    Je trouve que c’est vraiment bien de savoir inculquer à nos enfants des mots justes simples et celle qui te dira que c’est idiot car l’enfant ne pourrais pas comprendre n’a rien compris à la vie, il n’y a pas d’Age pour apprendre et pour comprendre suffit juste de s’adapter à l’enfant !!

  • unbebebio says:

    Tout à fait d’accord avec toi . J’ai constaté après quelques accidents de langage devant notre petit bout que bien parler était d’une importance primordiale tant ces petits sont des éponges et qu’ils recopient le comportement de leurs parents .

  • laura says:

    Bonsoir,

    j’aime beaucoup ton article
    Mon fils de 18 mois adore les livres. il les touchent, les mâchent, les regardent, nous écoute lire, quand il comprend un terme il nous montre le dessin qui correspond.
    Il a toujours un livre en main, le soir il réclame son histoire. Et parfois dans la journée il nous apporte un livre qu’on lui lit parfois 5 ou 6 fois dans une journée
    Un pur bonheur.
    Depuis ses 6 mois, voir avant nous lui lisons des livres, au tout déébut une page, puis deux puis toute l’histoire.
    Moi qui suis passionnée de lecture je me régale. Même papa qui n’aime pas trop lire y prend plaisir 🙂

Laisser un commentaire