Je vous parle régulièrement de S.E.S.S.A.D quand j’évoque le suivi de Schtroumpfette et celui, plus récent, de Tisinge.
J’ai eu pas mal de questions à ce sujet, car c’est très peu connu.

De mon côté, je croise de plus en plus de mamans (parents) blogueuse ou non qui bénéficie d’un suivi S.E.S.S.A.D.
Pour certaines, je leur avais conseillé de faire la demande, et je suis ravie de voir que les choses avancent plutôt de façon positives pour leurs enfants.

Mais alors, c’est quoi ce truc ?

S.E.S.S.A.D, ce sont les initiales de Service d’Éducation Spéciale et de Soins A Domicile.
En gros, le but est d’avoir un service regroupant plusieurs spécialités pour intervenir « à domicile » de personnes ayant un « handicap ».

Ce sont des structures médico-éducatives. Ce sont également des structures d’aide à l’intégration scolaire.

Le principal atout étant que tout est au même endroit niveau prise en charge, et que les soins peuvent se faire directement au S.E.S.S.A.D, au domicile de la personne suivie ou même à l’école, si cette dernière peut mettre une salle à disposition.

Personnellement, quand j’ai appris l’existence de ces structures, c’est ce côté « on va chez vous ou à l’école » qui m’a d’abord donné envie. Ainsi que le fait que c’est le S.E.S.S.A.D qui gère de A à Z la prise en charge : la prise de rendez-vous, le transport si besoin….

Pour moi qui faisais de multiples trajets chez les divers intervenants de Schtroumpfette et qui me battait parfois à trouver un créneau qui aille et pour le spécialiste, et pour le taxi ambulance, c’était une sorte de rêve éveillé de savoir qu’il existe un endroit où tout est pris en charge sans que j’ai besoin d’intervenir.

De plus, le S.E.S.S.A.D travaille en partenariat avec l’école. Le planning de soins est si possible vu avec l’enseignant pour éviter le plus possible de perturber la classe et les apprentissages.
Et des équipes éducatives sont régulièrement mis en place où les intervenants du S.E.S.S.A.D sont présents.
Et ça, ça change aussi pas mal de choses d’avoir TOUS les intervenants, aussi bien médicaux que scolaires autour d’une table !

Mais, le point noir des S.E.S.S.A.D, c’est qu’il y a peu de places pour beaucoup de demandes, et qu’il faut certains critères pour y avoir le droit.

La demande se fait auprès de la M.D.A (Maison Départementale de l’Autonomie, anciennement MDPH).
Dans l’idéal, il faut qu’elle soit appuyée par des professionnels ou par l’école.

Dans notre cas, nous n’avions aucun appui. Pour les quelques professionnels de santé qui gravitaient autour de notre fille, ce n’était pas franchement nécessaire (et clairement, perdre un « client/patient » les faisaient bien suer) et l’école ne connaissait pas trop ces structures.

J’y ai été au culot. J’ai été chercher un dossier (le même que pour une demande d’A.V.S) à la M.D.A, j’ai tout rempli, fait remplir un papier par mon médecin traitant, pris rendez-vous avec l’assistante sociale de la M.D.A pour lui expliquer le pourquoi et le comment de notre démarche et qu’elle puisse nous guider et défendre notre demande en commission.

J’ai déposé le dossier en fin d’année de grande section de Schtroumpfette. Dès septembre, nous avions l’accord pour qu’elle bénéficie d’une prise en charge S.E.S.S.A.D.
Dans l’intervalle, j’avais contacté les S.E.S.S.A.D du coin pour avoir des infos, nous faire connaître, et baliser un peu le terrain.

Il aura fallu plus d’un an avant qu’une place ne se libère et soit attribué à notre fille.
Elle a donc commencé un suivi en S.E.S.S.A.D à son entrée en CE1.

Là-bas, elle voit une orthophoniste, un psychologue, une psychomotricienne et une éducatrice spécialisée (qui est également sa référente au sein de la structure).

Nous communiquons par mail avec eux. Les plannings nous sont transmis pour validation, ainsi qu’à l’école, et si le moindre problème se présente, il suffit d’un mail pour avoir un rendez-vous et mettre les choses au clair.

L’an dernier, Schtroumpfette y allait le mardi après-midi pour une séance d’orthophonie et une avec le psychologue. Elle avait également une séance le jeudi matin avec son éducatrice et avec la psychomotricienne.
Enfin, un mercredi sur deux, elle quittait l’école 45 min avant midi pour une séance de travail en groupe sur le thème de la cuisine : avec un autre enfant et l’éducatrice, elle allait faire les courses pour préparer un repas qu’ils dégustaient ensemble ensuite.

Nous avions également été agréablement surpris de voir qu’on ne se contentait pas d’une prise en charge purement médicale.
Le S.E.S.S.A.D proposait également des courts séjours et des sorties.
Elle a ainsi fait un séjour de 5 jours à Saint Malo à la Toussaint, et en juin, une journée pique-nique avait été organisée.
Sans compter les quelques petits spectacles et temps sympas mis en place, comme un goûter avec les parents ou un spectacle japonais un peu avant Noël.

En moins d’un an, nous avons vu les progrès énormes qu’elle a accompli et nous ne regrettons pas du tout cette prise en charge, même si M. Ex s’inquiétait du fait que les séances sur le temps scolaire puissent être néfastes à ses apprentissages.

Et finalement non.

L’an passé, j’ai proposé qu’un tel suivi soit également proposé à Tisinge, qui a beaucoup évolué niveau comportement mais qui reste assez fragile quand même.

Par contre, nous avions vu avec le S.E.S.S.A.D qui suit sa sœur et qui nous as conseillé de demander le suivi dans le second S.E.S.S.A.D de la ville.

Au mois d’avril, nous avons eu l’accord de la M.D.A. Ma demande avait été appuyé par le directeur du second S.E.S.S.A.D que j’avais auparavant contacté et qui m’avait dit qu’il trouvait que le fait que je me renseigne auprès d’eux avant prouvait notre implication dans le suivi, et nous donnait un plus pour lui.

En juin, nous avons signés les papiers d’admission.

Depuis la rentrée, Tisinge est donc vu, en période d’observation, par les différents professionnels que nous avions déjà rencontrés pour évaluer quels seront ses besoins en terme de soins et de planning.

Une fois encore, nous communiquons très facilement avec ce deuxième S.E.S.S.A.D par téléphone ou par mail, et c’est très appréciable.

Fin octobre, nous aurons une réunion commune avec le S.E.S.S.A.D et l’école pour déterminer le planning de Tisinge et que tout le monde se présente et donne son avis sur comment est perçu notre fils.

Tout ça, couplé aux A.V.S qu’ont chacun de mes deux cadets, montre déjà d’énormes progrès.

Et surtout, depuis, j’ai retrouvé une sérénité par rapport aux problèmes de mes enfants. Et ça se ressent sur notre quotidien.

Il faudrait bien plus de ces structures, et qu’elles soient plus connues, car elles sont vraiment bien.

Voilà, c’est mon expérience sur la question. Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas, par mail ou par commentaires à me les poser. J’y répondrais le plus rapidement et précisément possible.

Car je sais qu’il est difficile, le parcours des enfants « différents » et j’aurais aimé, personnellement, avoir quelqu’un à qui poser des questions !

Une réponse à to “S.E.S.S.A.D mon amour !”

  • Sophie mum says:

    J’avais déjà entendu le nom mais je ne. Connaissais pas bien ces structures. Un article très bien détaille pour les familles qui ont besoin d’une telle structure pour leurs enfants biz

Laisser un commentaire