Les vacances n’ont pas vraiment été reposantes, et par la force des choses, j’ai du quitter mon clavier et m’isoler dans une bulle pour réussir à ne pas trop sombrer.

J’ai donné quelques nouvelles par facebook, surtout. Plus simple car accessible facilement depuis mon téléphone, moi qui n’arrivait plus à me tenir assise ou debout, et encore moins taper sur un clavier.

Courant mai, les démarches administratives et médicales pour préparer la nouvelle année de mes enfants a pris beaucoup de mon temps et de mon énergie : renouveler les AVS et être sure qu’elles seraient là à la rentrée. Se battre pour une place en S.E.S.S.A.D pour Tisinge….

Fin juin, le Graal à quelques jours des vacances : Tisinge serait pris en charge. Tout s’est accéléré : faire le dossier administratif, rencontrer les professionnels de l’équipe, découvrir ce nouveau S.E.S.S.A.D qui n’était pas le même que celui de sa sœur.

Et pendant tout ce temps, un petit habitant se faisait un nid sous mon nombril, avec bien des difficultés qui ont amenées à un arrêt de travail très rapidement à cause des vomissements, de la perte de poids et des contractions.

En juillet, j’étais H.S. Déjà – 8 kg sur la balance, je n’arrivais plus à rien avaler, liquide ou solide, et je n’en pouvais plus de fatigue. Puis, comme si ce n’était pas suffisant, le retour des calculs rénaux.

Ça faisait longtemps, ça ne m’avait pas manqué. Mais enceinte, et affaiblie, c’est une horreur, vu le nombre restreint de médicaments autorisés.
J’ai fini 10 jours à l’hôpital, je suis rentrée chez moi, puis au bout de 24h, les pompiers, les urgences puis la pose d’une sonde double J pour soulager mon rein droit, qui avait mal supporté toutes ces péripéties.

Très vite, un léger soulagement niveau douleur. Mais toujours ces fucking vomissements.
Puis, sur twitter, une copinaute me donne le nom d’un médoc que je n’ai pas encore testé, qui est à la base un léger somnifère autorisé sans pb pendant la grossesse et qui ferait des miracles sur les vomissements gravidiques.

Je n’y crois pas mais je n’ai rien à perdre, finalement. Et je ne regrette pas. Plus de deux mois que je prend mon cachet chaque soir et plus aucune nausée. Un vrai bonheur.

Maintenant, je n’ai plus qu’à gérer les contractions, un peu aggravées par la sonde. Mais je vais mieux. Le mois d’août, avec les enfants, a été très cool. Nous ne sommes pas partis, ils ont eu le droit à un abus d’écrans et moi, j’ai passé beaucoup de temps à dormir.

Et maintenant, ça va.

Je dois juste changer la sonde toutes les 8/10 semaines environs, et à voir ma gynéco une fois tous les 15 jours pour vérifier que bébé se porte bien.

J’entame aujourd’hui mon 6eme mois, et il se porte comme un charme et c’est un petit gars qui devrait nous rejoindre le 19 décembre (date d’accouchement programmé à cause de la sonde).

J’ai cru, pendant un temps, ne jamais reprendre ce blog. Plus de forces, plus d’envie, de motivations, d’idées surtout. J’étais épuisée d’avance à chaque nouvelle idée de billet.
Et puis, la forme revenant, les idées se bousculent et l’énergie de les transposer sur le clavier revient.

J’ai tant de choses que j’ai envie de raconter : les progrès de Tisinge, la rentrée, les petits soucis que je rencontre avec mes deux grands qui se prennent pour des pré-ados à 8 et 9 ans….

Alors je vais revenir, doucement mais sûrement.

Et en vous remerciant de votre soutien, vos petits messages sur les différents R.S. Et votre patience !

4 réponses à to “Revenir doucement”

Laisser un commentaire