L’an passé, cela faisait à peine plus d’un mois que j’étais partie. Quand ils sont arrivés chez moi, en août, il y avait encore tant à faire, j’avais dû faire tant de dépenses pour qu’on soit « bien » et que l’appartement soit nickel pour leur arrivée que nous n’étions pas partis.
Nous avons donc usés et abusés des parcs, piscines et jardins de la ville, et, je dois l’avouer, des écrans pour que je puisse finir de tout aménager.

Cette année, c’était décidé ! Nous partirons.

A la base, il était prévu que nous partions la dernière semaine d’août en mobil-home à Pornic, dans un camping super et avec l’aide de la CAF.

Malheureusement, les finances m’ont vite rappelées à l’ordre, et j’ai dû annuler cette semaine.

Je m’en doutais depuis mi-juillet. Mais il fallait que nous sortions de notre quotidien, qu’on fasse des choses qui sortent de l’ordinaire.

Le choix d’aller à Paris fut le plus logique. J’y ai toute ma famille, mes amis. Des possibilités, donc, d’être hébergés.
Un poids financier en moins.

Nous avons donc pris le train vers Paris, et nous avons profité de 6 jours un peu hors du temps, comme vous avez pu le lire dans mes derniers billets.

Nous avons été hébergés chez ma sœur, et nous avons fait certaines sorties avec elle et sa fille, puis avec son futur mari.
C’était sympa de pouvoir passer du temps avec elle, qu’elles puissent, sa fille et elle, passer du temps avec mes enfants qu’elles ne voient que trop peu à mon goût.

Nous avons pu bien en profiter parce que j’ai su aller chercher les infos, découvrir les bons plans pour éviter de payer des fortunes dans les différents lieux que je voulais leur faire découvrir.

Puis j’ai passé 3 journées d’explorations seule avec mes enfants. J’appréhendais un peu : Arriverais-je à gérer ma troupe, avec un Tisinge de plus en plus dur, seule, loin de chez moi.

S’il y a eu pas mal de clash avec mon cadet, et quelques uns avec Schtroumpfette, dans l’ensemble, nous avons passés un super moment.

J’ai choisi chaque lieu que je voulais leur faire découvrir en espérant qu’ils aimeraient, et ce fut le cas.
J’ai fait en sorte qu’ils puissent en profiter, même si les finances étaient limités.
Et finalement, ils ont adorés et me demandent à y retourner rapidement.

Et moi, j’ai des souvenirs plein la tête. Positifs surtout. Parce qu’on galère tellement avec le négatif dans l’année, avec Tisinge, que j’ai décidé de ne pas m’y arrêter pour ces vacances, que je ne garderais que le meilleur.

Je sais que ce fut un peu dur pour ma sœur et son ami. Je ne suis pas sûre de pouvoir compter encore sur eux pour nous accueillir, vu le comportement souvent limite de Tisinge. Je les comprendrais d’ailleurs.
Je ne peux que les remercier d’avoir supportés notre présence, les moments durs pour nous permettre cette évasion tant attendue, tant aimée.

Mais je sais aussi que ma nièce tout comme mes enfants ont aimés se découvrir, passer du temps ensemble.
Je sais que mes enfants ont adorés aller chez leurs grands parents, pour la première fois depuis plus de 5 ans. Les voir, même si ce ne fut que sur une seule journée, bien plus, finalement, qu’en bientôt 2 ans.

Maintenant, on va prolonger un peu ce moment hors du temps. Développer les photos. Se créer notre album de souvenirs.
Histoire de le feuilleter un peu, les jours de spleen, de speed, de colère. Et de se dire qu’il y a eu ces jours de rires, de découvertes et d’amour. Toujours d’amour….

11834799_870656879649435_2885366383194269680_o

4 réponses à to “Nos premières vacances.”

Laisser un commentaire