Je me suis demandé comment traiter le thème proposé par Agoaye cette semaine.
Parler de ma mère ? De moi ? Des mamans en général ?
Puis d’un coup, j’ai su.

Cher toi,

Depuis un an, depuis que j’ai décidé de mettre un terme à une vie qui ne nous convenait plus, nous voguons entre apaisement, colère, compromis et exaspération.
Certains me demandent comme nous faisons pour continuer à nous entendre malgré tout plutôt bien.
D’autres me plaignent, regrettent pour moi les presque 13 années passées.

Pourtant, je ne regrette rien. Même si j’avais une machine à remonter le temps, je ne changerais pas ce jour de 2002 où nous avons décidés de faire un bout de chemin ensemble, un chemin qui nous a mené si loin, toi et moi, et qui a crée entre nous des liens qui ne pourront jamais se défaire, quoi qu’il puisse se passer désormais.

Je sais que tu m’en a voulu de « gâcher » ces années par cette fin si brutale. Tu n’as jamais compris, je crois, que nous nous abîmions, et que nous méritions mieux tout deux que cette frustration qui commençait à prendre toute la place dans notre existence.
Tu n’as jamais voulu me croire quand je t’ai dit que l’amour et les sentiments n’ont jamais été le problème de mon côté.
Tu as cru que je ne t’aimais plus. Mais c’était faux. Je t’aimais trop, mais d’un amour qui s’affadissait, et surtout, qui menaçait de tourner à la rancoeur.
Au point de ne plus savoir les raisons pour lesquelles j’avais tant lutté pour que tu fasses partie de ma vie.

Il y a eu des hauts et des bas. Beaucoup de bas à la fin. Je t’en ai voulu. Je m’en suis voulu. Foutre 13 ans en l’air, 3 enfants, une maison, une vie…
Et avec le recul, je sais que cette décision était la bonne. Pour moi comme pour toi.
Tu as retrouvé l’amour avec quelqu’un qui, sûrement, te correspond mieux et supporte mieux tous les défauts que je ne supportais plus moi.
J’ai ressenti un coup au coeur, un deuil à faire certainement. Mais finalement, c’est aussi de la joie pour toi qui a pris le pas. Parce que malgré tout, tu mérites tellement pour tout ce que tu m’as offert.

Tu m’as offert 12 ans d’une vie pas toujours facile, que j’ai parfois détesté, mais qu’avec le recul, j’ai aimé la plupart du temps.

Tu m’as permis de construire une partie des rêves que j’avais : une maison, un chien… Des rêves basiques en somme…

Et surtout, surtout, tu m’as offert par trois fois le plus merveilleux des cadeaux : nos enfants.

C’est grâce à toi qu’aujourd’hui, trois merveilleux enfants partagent ma vie, un lien entre nous que rien ne pourra jamais égaler.
Grâce à toi que j’entends chaque jour le mot « maman », dans des rires, dans des pleurs, dans des moments de joies et dans des moments de doutes.
Ce mot maman qui me défini en partie et à fait de moi la femme que je suis désormais, pleine de détermination mais aussi de doute, d’amour et de lassitudes….

Merci. Un simple mot. Comme Maman. Comme Moi.

http://www.agoaye.com/

http://www.agoaye.com/

8 réponses à to “Moi, Maman, Merci”

Laisser un commentaire