Vintage postcard with old style distressed design

eoidehellin4.canalblog.com

Le thème de cette semaine pour le #53billets2015 est « la lettre jamais envoyée »

Voilà ma participation

Cher toi,

Nous ne nous sommes pas encore rencontrés mais étrangement, je te connais déjà par cœur.
Je te croiserais au détour d’un ascenseur, d’un couloir, d’un mail ou d’un cinéma.
Nos regards se croiseront et alors, nous ressentirons le besoin de plus, de nous parler, de nous connaître puis de nous reconnaître.

Tu seras instituteur, pompier ou simple caissier. Tu auras des enfants ou tu voudras en avoir plus tard.

Tu auras toujours le sourire, donnant l’impression d’être toujours positif, de ne voir que le verre à moitié plein.
Tu sauras regarder au delà de mon côté grande gueule forte et sans peur pour découvrir la femme en manque de tendresse et qui se sous-estime toujours.

Je t’imposerais la vie en famille, et tu l’accepteras, plus ou moins sereinement, je sais comme mes enfants peuvent être durs.
Tu auras peut être les tiens, qui, ajoutés aux miens, nous feras voir les joies et difficultés des familles recomposées.

Tu accepteras ma famille parfois un peu space et je supporterais ta mère trop intrusive et ton ex jalouse.

Tu sauras que, sous mes dehors frivoles, je manque maladivement de tendresse, et tu sauras me donner sans compter amour et caresses, et me montrer que je suis la femme la plus belle et la plus désirable à tes yeux.
Je saurais te chouchouter, te bourrer de bons petits plats.
Chaque fois que je passerais près de toi, je ne pourrais m’empêcher de te gratifier d’un baiser ou d’une petite caresse qui fera monter dans tes yeux l’éclat d’un sourire.

Tu sauras me rassurer sur mes qualités de femme, de compagne et de mère, je saurais écouter tes besoins d’indépendance et de masculinité.

Tu me prendras dans tes bras comme ça, sans raison, juste pour le plaisir. J’appuierais ma tête contre ton torse en soupirant d’aise, avec l’impression sublime d’avoir trouvé ma juste place en ce monde.

Tu sourira tendrement devant mes larmes d’émotion qui coulent bien trop facilement et souvent.
En rentrant le soir, tu te précipitera pour me prendre dans tes bras et me faire tournoyer en riant, me donnant l’impression d’être jeune, irresponsable et insouciante.

Je te donnerais mon temps, ma confiance, et je ne passerais pas une journée sans te dire ou te montrer combien tu compte à mes yeux, combien tu est important, le plus beau, le plus charmant, le plus… pour moi.

Je te montrerais mon côté « grain de folie » et ferais en sorte que tu me suive dans mes délires, tu sauras me tempérer sans m’emprisonner, ou te laisser porter, selon le moment.

Nous aurons des disputes, des moments de doutes, des moments de rage. J’aurais peur de te perdre, peur de m’être trompée, peur d’avoir été trop loin.
Mais nous saurons parler, faire le point, nous retrouver et nous aimer encore plus.

Tu sauras me réconcilier avec l’idée que l’amour existe vraiment, qu’il est pour moi et que je le mérite.
Je saurais te prouver que tu mérites le meilleur, et que mes enfants et moi sommes le meilleur pour toi.

Tu liras cette lettre un matin ou un soir d’hiver ou d’été. Tu seras assis devant une cheminée ou allongé sur un transat sous une véranda.
Tu me regarderas d’un œil attendri, notera le temps qui passe, les rides du sourire, les cheveux blancs, les enfants grandis.
Nous aurons ce regard, le même, depuis le premier jour, celui qui dit « C’est toi, et nous serons heureux encore longtemps »

Il se sera passé 10 ans, 15 ans ou 30 ans. Nous aurons grandi et vieilli ensemble. Nous auront défié l’usure de l’amour et le temps qui fâche.

Je m’endormirais dans tes bras chaque soir dans un « je t’aime ».

Et nous aurons vécu heureux avec de nombreux enfants…

A bientôt ?

http://www.agoaye.com/

http://www.agoaye.com/

 

9 réponses à to “Ma lettre jamais envoyée”

Laisser un commentaire