macaron-rdv-education

 

Le thème proposé cette semaine pour les Jeudi Éducation de Wondermômes était « Quelle pédagogie pour nos enfants ? Comment ? Pourquoi ? »

Pour avoir des enfants, ou travailler avec eux, on nous dit partout qu’il faut être pédagogue.
Finalement, être pédagogue, je ne sais pas trop ce que c’est, en vrai.
Parce que, pour moi, il n’y a pas qu’une pédagogie mais plusieurs.

Chez moi, niveau éducatif, je n’ai pas vraiment de règles que je me suis fixées.
Disons que je trouve important la politesse et le respect, et que ce sont des choses sur lesquelles je ne transige pas et ne plaisante pas.
Mes enfants savent qu’ils seront rappelés à l’ordre immédiatement et que toute résistance sera sanctionnée immédiatement.

J’avais lu, un jour, dans je ne sais plus quel bouquin qu’il était quand même fou que nous, parents, nous pouvons gronder et punir nos enfants pour un verre d’eau renversé ou un vase cassé alors que si ça avait été fait par un invité, nous serions plus cool.
Ça a été un choc. Mais bon sang, c’est vrai ! Mes enfants ont droit au même respect et à la même tolérance que j’ai avec des inconnus !

Depuis, j’essaye de toujours me dire « et si c’était ma voisine, l’enfant de ma sœur, comment je réagirais ? » et je fais en conséquence.
Je demande juste que l’enfant fautif s’excuse si besoin et répare ses bêtises.

Je n’éduque pas du tout mes enfants de la même façon.
Je ne sais pas comment font ceux qui disent « Je les éduque pareil » parce que, pour ma part, je trouve ça impossible.

Oui, il y a des règles communes à tous. Mais on s’adapte à chacun.
Je serais bien plus cool avec Gremlins qui est adorable et ne fait quasi jamais de bêtises qu’avec Tisinge qui est plus difficile.

Je permet également des choses à l’un que je n’autoriserais pas à l’autre.

Ils n’ont ni les mêmes âges, ni les mêmes caractères ou besoins, et je ne me vois pas imposer à tous la même chose.

Pour les trois, je ne restreins pas l’accès aux écrans. C’est en libre accès chez nous. Tout simplement parce que moi-même je suis beaucoup sur écran et je trouverais hypocrite de leur dire « les écrans, c’est pas bien, va jouer dans ta chambre »
Mes parents ne nous restreignaient pas non plus, et nous avons fait des overdoses de télé et console, ce qui ne m’empêche pas de lire plusieurs livres par semaine et d’aimer faire d’autre chose.

Je pense vraiment que plus on interdit, plus la tentation est grande.
Je constate d’ailleurs que depuis que je laisse les enfants gérer leurs accès aux consoles, ils y jouent de moins en moins.

Par contre, à 20h, les consoles sont rangées dans ma chambre, jusqu’au lendemain après l’école. Ils le savent et le vivent très bien, je n’ai jamais eu de grogne ou de plaintes.

J’impose moins de choses à Schtroumpfette, qui a déjà beaucoup d’efforts à faire à cause de son handicap, qu’aux autres. Ils rouspètent parfois, trouvant ça injuste. Mais une explication suffit pour réconcilier tout le monde.

Je n’impose à aucun de finir leurs assiettes. Je sers des petites quantités, quitte à les resservir.
S’ils ne finissent pas, tant pis, on passe à la suite. Par contre, on ne grignote pas après le repas. Ils savent qu’ils n’auront rien et qu’ils n’avaient qu’à manger plus à table.

Mais je suis obligé de surveiller Tisinge, qui lui, en joue, et ne finissait jamais son assiette pour aller plus vite au dessert.
Après bien des batailles, j’ai pris le parti de laisser faire. Mais je laisse l’assiette non finie sur la table. Si après le dessert, il a encore faim, il peut terminer son assiette et même se resservir.

CA peut choquer certains, mais je pars du principe que tant qu’il mange de tout, ça me va. C’est finalement un peu comme un buffet à volonté en accès libre, mais que pendant les heures de repas.

Par contre, une fois sorti de table, c’est terminé.

Je ne leur impose pas d’attendre les autres. Chacun mange à son rythme. Tisinge peut être au plat alors que sa sœur, qui mange beaucoup trop vite) est déjà en train de finir son dessert.
Ils peuvent sortir de table dès qu’ils ont fini et faire ce qu’ils ont à faire.
Je ne supportais pas, enfant, les longs repas à rallonge.
Il m’arrive donc de me retrouver à table avec seulement Tisinge ou Gremlins qui mangent plus lentement.

En lisant tout cela, on pourrait croire qu’il n’y a aucune règle chez moi. Rien n’est plus faux. Nous en avons beaucoup.
Mais je me concentre sur l’essentiel : être poli, ne pas être violent, faire son travail d’école avant de s’amuser, ranger son bazar sans se plaindre, manger à table et tranquillement

C’est juste que je préfère le faire dans la bonne humeur que dans les grimaces, qui seront forcément au rendez-vous si j’impose les mêmes choses et les mêmes rythmes à tous.

Finalement, je suis plutôt maman cool, sauf avec Tisinge, avec qui je suis très voir trop autoritaire, ce dernier ayant un caractère et des comportements m’obligeant à le recadrer sans cesse.

Découvrez les billets sur ce thème d’autres blogueurs :

Maman super geekettePouceli MamaDrôle de MamanMaman MammouthWonderMômesPapa BlogueurMaman moderne politiquement incorrecte

17 réponses à to “La pédagogie ? Quésaco ?”

  • Christelle says:

    Merci pour cet article qui, il faut le dire, me réconforte. Avec mes petits j’ai l’impression d’être bienveillante mais aux yeux des autres je suis laxiste.
    En leur faisant un peu confiance ils se responsabilisent d’eux-mêmes….même s’il arrive qu’ils testent nos limites pour voir.
    Bravo en tous cas, ça a l’air de se passer sereinement dans votre maison 🙂

    • Mère Débordée says:

      Je sais pas si je suis bienveillante ou laxiste. Un peu des deux et d’autres choses encore.
      Par contre, oui, je pense qu’il faut non pas tout cadrer et interdire, mais les accompagner. Si on leur fait confiance, on a de très belles surprises, et je trouve mes loulous plutôt dégourdis, à l’aise et autonomes et ça me plait bien 😉

  • J’aime beaucoup ton système que je qualifierais de « règles ouvertes »!
    Ici on gère un peu de la même façon mais devons rester stricte car non avons un petit au caractère bien affirmer et qui adore braver les interdits… Il faut donc user de psychologie pour interdire le moins possible tout en obtenant un respect des règles!

  • Poucelimama says:

    Moi je me plais à penser que j’éduque mes filles pareil. Parce qu’elles ont le même âge, donc je peux attendre la même chose de l’une comme de l’autre… Mais je sais que c’est illusoire, parce que chacune à son petit caractère !
    Mais quand je dis que je les éduque de la même façon, c’est qu’en fait je cherche à leur transmettre à l’une comme à l’autre les même choses, les mêmes valeurs, mais pas forcément de la même manière !

    J’aime beaucoup aussi ton système de « règles ouvertes » (pour reprendre les termes de Maman Geekette) mais je ne sais pas si je saurais faire ça : je suis un peu psycho-rigide sur les bords et j’aime tout contrôler… Il va falloir que j’apprenne à lacher du lest (et c’est avec des articles comme le tien que je m’en rends vraiment compte, alors merci !).

  • WonderMômes says:

    Humm pour les repas, faudrait que Chéri lise ça. Avec les jeux à table, ça va mieux mais pour les prises alimentaires, le fait de rester à table, il n’est pas souple là-dessus, moi je ne serais plus mais je compose…

  • J’aime beaucoup l’idée « qu’est-ce que je ferais si c’était l’enfant de ma soeur ou de ma voisine? », ça permet de se recadrer soi-même et de voir qu’on s’impose des choses qui sont parfois inappropriées. Ca permet aussi de prendre du recul, merci pour cette bonne idée 😉

    • Mère Débordée says:

      Voilà, ça me permet aussi de me dire que mes enfants méritent autant, voir plus de respect que des inconnus. Et d’essayer de le faire, même si je ne m’y tiens pas toujours

  • Aloès says:

    Ici les règles sont à peu près les mêmes pour tout le monde même si on adapte en fonction de l’âge. Et si j’aimerais bien adapter aussi en fonction du caractère et des besoins, très souvent je suis confrontée la « jalousie » de l’autre, pas simple. Pourtant ce n’est pas faute de leur expliquer qu’ils sont différents l’un de l’autre, unique même, et que donc ils n’ont pas les mêmes besoins, ce qui explique mes réactions différentes aussi. Mais l’injustice est au cœur de leurs émotions et parfois ils cherchent la petite bête 😉
    Les repas au rythme de chacun, on le fait aussi, c’est quand même plus simple (et ça permet de finir son repas dans le calme, les petits ayant déjà fini ^^)

  • laura says:

    super article
    à peu près pareil ici 🙂

  • Je me retrouve totalement dans ton article, même si mon bouchon étant encore petit, les règles ne sont pas encore bien établies… mais je me retrouve dans tes situations de vie 🙂

    J’ai comme toi des valeurs importantes, des règles auxquelles je tiens… mais après il y a celles dont les limites sont plus flexibles, plus adaptables!

    • Mère Débordée says:

      N’avoir rien d’inflexible, finalement, c’est ce qui permet à la cellule familiale de fonctionner je pense 😉

Laisser un commentaire