Comme je l’ai dit précédemment, cette année, je veux enfin faire attention à moi, me reprendre en main, bref, faire preuve de bienveillance envers moi, physiquement et moralement, et retrouver une estime de moi que j’ai perdu dans ma vie de couple.

Dès la première semaine de janvier, j’ai multiplié les appels pour prendre enfin les rendez-vous trop longtemps reportés à demain.
il y a 10 jours,  j’avais un rendez-vous un peu spécial, à la Clinique de l’Anjou, à Angers, pour un suivi post-bypass.

Il s’agit d’une unité de soins thérapeutiques alliant psy, diététique et sport, le tout adapté aux obèses opérés ou non.

12621961_1721182918126569_8920626832449581709_o
Depuis 3 ans que je suis opérée du by-pass, j’ai du mal à perdre mes habitudes de grosse. M’habiller est difficile car je n’arrive pas du tout à gérer mon image, ni à vraiment l’accepter pour ce qu’elle est.

Et puis, je n’ai aucune volonté pour le sport. Je suis vite essoufflée, ou je me blesse rapidement. Peut être juste parce que je ne fais pas les bons mouvements, ou que je ne prends pas le bon rythme. Du coup, j’abandonne très vite, trop vite.

Enfin, depuis quelques temps, j’ai des pulsions alimentaires.
Ça a commencé il y a près d’un an, au moment où j’ai été si mal, en fait.
J’avais donc mis cela sur mon moral bien trop bas. Puis sur la fatigue.
Mais je ne peux plus me leurrer.
J’ai quasi tout le temps faim. Et si je ne mange pas, je ne pense qu’à ça. J’en tremble, comme en manque.
J’ai pensé, un temps, à la boulimie, mais quand je mange, je ne me bourre pas de nourriture, je ne me fais pas vomir.
Non, juste je pourrais manger toute la journée, en petites quantités, certes, mais c’est tout de même trop.

Mon chirurgien m’avait parlé de ce programme pour le sport, surtout. Je ne lui ai pas avoué mes pulsions, j’en avais trop honte (et c’est toujours le cas).

J’ai enfin appelé, et j’ai eu un premier rendez-vous d’une heure avec une infirmière du service pour m’expliquer le fonctionnement, parler de moi, de mes attentes. Prendre aussi mes mesures.

Ce programme se tient sur huit mois, avec 8 séances d’une demi-journée par mois.
Chaque demi-journée, 3 ateliers : un entretien avec le psy, un atelier avec une diététicienne sur différents sujets (les collations, apprendre à déchiffrer les étiquettes…) et un atelier sportif (plusieurs sports proposés).

Comme me l’a dit l’infirmière, peut être que je n’aurais pas besoin d’aller jusqu’au bout des 8 ateliers. Cela se fera en fonction de moi.

Et les ateliers seront le plus souvent en groupe, sauf demande express de ma part.

Aujourd’hui, j’ai donc appris que contrairement à ce que je croyais, ma reprise de poids n’est pas si catastrophique. Pour moi, les quelques kilos repris depuis un an me paraissent énormes !!!
Actuellement, je fais 1m71 pour 88 kg. Avec une masse musculaire à 24%. Et une IMC a 29.
Pour l’infirmière, ce n’est pas mal du tout, juste la masse musculaire à augmenter.
Elle m’a également appris que j’ai des gros os. Et qu’il ne faut donc pas que je me fie totalement à l’IMC classique.

Personnellement, je pense avoir 8 kg de trop minimum. Je ne veux pas descendre sous les 78kg. C’est arrivé après mon by-pass et ça ne m’a pas réussi : mon teint était bof, mes traits tirés, j’avais les joues creuses et j’avais l’air d’avoir pris 10 ans et d’être malade.
C’est quand j’ai repris et atteint les 78/80kg que je me suis enfin sentie « jolie ».

Ce que j’attends de ce suivi (en plus de celui qui commencera en février, en addictologie), côté sport, c’est de trouver le sport qui me correspond, et réussir enfin à m’y tenir pour en faire régulièrement.

Côté psy, de m’aider à intégrer ma nouvelle morphologie, de m’aimer et d’aimer enfin. D’arriver enfin à m’accepter. De retrouver une estime de moi qui me fais défaut. Et apprendre enfin à vraiment me mettre en valeur, m’habiller…
Arriver à gérer mes pulsions alimentaires et trouver leur origine, pour arrêter de me remplir sans en ressentir du bien être

Côté diététique, j’espère pouvoir réussir à me débarrasser de quelques addictions, à retrouver 3 vrais repas par jour (et s’ils insistent, les 3 collations censées être obligatoires). Trouver des astuces pour pallier aux fringales, et si impossible, que manger pour en pâtir le moins possible

Vaste programme !

Prochain rendez-vous, le 24 février. Là, le travail commencera.

D’ici là, je vais devoir m’acheter une vraie tenue de sport, obligatoire pour le suivi.
Prendre rendez-vous avec mon médecin traitant pour pallier aux petites carences en vitamine A, B et D qui ont été diagnostiquées après ma dernière prise de sang.

Et je vais pouvoir commencer à imaginer que les choses vont enfin changer !

4 réponses à to “Je m’occupe de moi #1”

Laisser un commentaire