Source : vivrefm.com

Source : vivrefm.com

Schtroumpfette bénéficie d’une AVS 12 h par semaine depuis maintenant deux ans.
Si la mise en place de cette aide fut difficile, et m’a donné des sueurs froides et des coups de sang, je ne peux que me féliciter qu’elle soit existante et d’avoir insisté pour qu’elle soit mise en place de façon correcte.

Depuis ma séparation avec Père Charmant, c’est d’ailleurs ma plus grande appréhension pour l’avenir, car je ne sais toujours pas à cette heure où je vais aménager, dans quelle école seront les enfants et donc, qui prendra le relais de Sylvie, notre super AVS que j’adore, et Schtroumpfette aussi.

Le métier d’AVS est peu connu.
Pour les néophytes, je dirais simplement qu’une AVS, ou Aide à la Vie Scolaire, c’est une personne qui va s’occuper d’enfants à besoins particuliers à l’école pour leur permettre une meilleure intégration. Les AVS permettent aussi que la scolarité se passe au mieux.

Ce sont les AVS qui vont prendre en charge des enfants handicapés, autistes, ou des enfants avec des problèmes de concentration ou d’hyperactivité, entre autres.

L’AVS est un point essentiel pour l’intégration d’enfants « différents » à l’école. Elle va permettre que la maîtresse puisse assurer sa classe sans que ce soit au détriment des enfants sans souci ou de ceux qui demandent plus d’attention.

L’AVS va totalement prendre en charge l’enfant, comme une ATSEM en fait, mais de façon personnelle. Elle ne sera dévolue qu’à un seul enfant par classe (voire deux, dans notre cas)

Pour avoir le droit à une AVS, il y a tout un protocole. L’enfant doit avoir été vu par des professionnels qui se réunissent en commission et conviennent que sans une aide, l’enfant ne pourra suivre une scolarité normale sans problème.

Le problème de l’attribution d’une AVS, ce sont les heures. C’est une autre commission qui détermine, selon le dossier, le nombre d’heures où l’AVS pourra intervenir. Parfois à l’encontre des recommandations des médecins.
Pour Schtroumpfette, les médecins avaient insisté sur 12 h au minimum. À la commission, seules 6 h avaient été acceptées. Il a fallu batailler, faire un recours.

Chez nous, l’AVS intervient sur la classe à temps complet. Tout simplement parce que dans notre école actuelle, un autre enfant, F., autiste, demande des soins particuliers. Et donc, depuis deux ans, la directrice fait en sorte que ma fille et F. soient dans la même classe, afin que Sylvie soit là tous les jours et toutes la journée.
Et bien qu’elle soit dévolue 12 h à ma fille et 12 h à F., dans les faits, elle s’occupe des deux sans limites horaires, mais plutôt selon les besoins de l’un et de l’autre.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Parce que le métier d’AVS est méconnu et peu reconnu.

Saviez-vous qu’une AVS ne reçoit aucune formation reconnue à la base ? Vous et moi pouvons postuler au concours, pour pouvoir travailler en tant qu’AVS. Aucune condition de diplômes ou de formation n’est exigée.

Saviez-vous qu’une AVS ne peut travailler que six ans ? On considère qu’au bout de six années, elles doivent changer de métier (beaucoup tenteront de devenir ATSEM pour le coup)

Saviez-vous qu’elles n’ont aucune obligation envers l’enfant dont elles s’occupent ? Je l’ai découvert quand une AVS à tout simplement lâcher ma fille au bout de deux semaines parce qu’on lui a proposé de s’occuper d’un enfant plus près de chez elle… Imaginez ma stupéfaction et ma colère !

Mais saviez-vous également qu’elles ont un salaire de misère et aucune reconnaissance de la pénibilité de leur travail, et aucune opportunité d’un emploi durable, l’AVS étant par définition une précaire ?

Il y a quelques jours, des AVS ont fait grève pour faire reconnaître les aberrations de leur métier.
Je ne peux que les soutenir.

J’ai du mal à comprendre que cette profession n’ait ni cadre, ni formation.
J’ai du mal à comprendre qu’on ne reconnaisse pas l’expérience qu’elles acquièrent comme un réel plus, se contentant de les utiliser pendant six ans avant de leur dire au revoir.
J’ai du mal à comprendre qu’elles soient si mal payées, qu’elles ne puissent avoir un salaire décent ni la possibilité d’être titularisées.

Pour Schtroumpfette, l’AVS fut salutaire.
Elle lui permet de ne plus s’éparpiller, de ne plus être pointée du doigt pour son agitation et ses mouvements d’humeur, bien compliqués à gérer sans aide pour un enseignant.

Je suis persuadée que sans Sylvie, Schtroumpfette ne serait pas en avance sur ses apprentissages maintenant. Que nous ne pourrions envisager un CP sans souci l’an prochain malgré son lourd trouble du langage et les problèmes de comportement qui en découle.

Si Schtroumpfette peut envisager une scolarité en primaire sans souci particulier, c’est à l’AVS qu’on le doit.
Et cela ne trompe personne, puisque son droit à une AVS a été prolongé jusqu’en juin 2015 (ce droit repasse en commission tous les ans)

Alors, je lance à un appel à l’État et à l’Éducation Nationale.

Cessez de penser en terme d’argent !
C’est de l’avenir d’enfants dont on parle !!!

Quand il y a deux ans, j’apprends que Schtroumpfette n’aura pas d’AVS tout de suite alors qu’une personne super et déjà en poste dans sa classe est disponible, mais qu’il n’est pas possible de « l’attribuer » à ma fille parce que « vous comprenez, nous n’avons plus le budget pour cette dame, c’est un contrat différent, et pour ce type de contrat, nous avons dépassé le budget », je m’insurge.

D’autant plus que quel que soit le contrat, elle sera payée au même prix….

J’ai été jusqu’aux bureaux de l’Inspection Académique de Nantes, alertée la presse de cette idiotie administrative pour qu’enfin, Sylvie puisse s’occuper de ma fille.

Si vraiment vous aviez à cœur la scolarité et le bien-être de nos enfants, vous reverriez vos normes, vos budgets.
Parce que l’avenir de nos enfants n’a pas de prix. La mesquinerie si !

vignette_les_pav_s_dans_la_mare

2 réponses à to “AVS mon amour !”

  • Je trouve cela super que tu abordes le métier d’AVS, à la maternelle de mon fils elles sont 4 pour 5 enfants. Je trouve fabuleux que ces enfants puissent être scolarisés. Et ce qui est encore plus beau c’est que les autres enfants apprennent à évoluer avec des enfants différents et à les accepter comme tout autre camarade, c’est un grand pas en avant.

  • J’ai une AVSI (individuelle) pour un de mes élèves dans ma classe de CP 12h par semaine. C’est un vrai ballon d’oxygène et une aide précieuse pour l’enfant!
    Tu as très bien expliqué tout cela hormis le fait qu’il faut passer devant une commission de la MDPH : maison départementale des personnes handicapées…
    C’est souvent lourd pour des parents de faire le deuil de l’enfant « normal » et d’admettre la différence de leur enfant.
    PS : je travaille dans une école avec CLIS enfants malentendants.

Laisser un commentaire