Un nouveau départ

Depuis plus de 3 ans, Schtroumpfette était suivi en SESSAD.

Jusqu’à présent, nous étions très contents de ce suivi qui permettait que tous les suivis se fassent au même endroit, par des professionnels en équipe, et qui s’occupaient des transports.

Le seul point négatif, finalement, est que les diverses prises en charge ont toujours lieu sur le temps scolaire, ce qui pose quelques soucis puisque Schtroumpfette ratait près de 3 demi-journées d’école par semaine et que ses apprentissages en pâtissaient.

Cela faisait plusieurs années que nous demandions à ce que les suivis soient faits au maximum sur les temps de TAP, sans succès.

L’an passé, elle n’a quasiment pas eu d’anglais et d’histoire, et pas de notation du coup.

A un an du collège, sachant que nous allons certainement nous diriger vers du privé où son dossier scolaire sera décisif, cela nous posait un réel problème.

Puis il y a eu le diagnostic d’autisme et de dysphasie, qui nous a obligé à réfléchir à son suivi, son avenir.

Nous avions pris la décision que si le SESSAD ne pouvait pas éviter un maximum le temps scolaire cette année, nous leur dirions adieu pour repartir sur du libéral, plus chronophage mais plus souple.

Encore fallait il savoir si c’était faisable. Les psy et les orthophonistes se font rares, beaucoup n’acceptent plus de nouveaux patients et s’ils le font, c’est encore une fois sur le temps scolaire.

Après 3 jours de coups de téléphone, des dizaines et des dizaines d’orthophonistes contacté, nous avons finalement trouvé la perle rare, située à proximité de mon appartement, et qui peut la recevoir le mercredi après-midi.

Pour le psy, nous avons fait appel à celui qui a fait le bilan et le diagnostic. Et qui a bien voulu la recevoir après l’école le lundi ou le vendredi.

Nous hésitons toujours pour le suivi de psychomotricité. Savoir s’il est utile ou non, ce qu’il lui apporte… Nous n’avons pas de réponses claires pour le moment, et nous en parlerons avec le pédopsychiatre qui saura sûrement nous aiguiller.

La réunion de rentrée du SESSAD a eu lieu et force nous a été de constater qu’un aménagement ne sera pas possible, et qu’ils étaient assez perdus devant le diagnostic d’autisme posé.

Nous avons donc donné notre « démission » et commencé dès le surlendemain le nouveau suivi.

Aucun regret même si ça nous oblige encore à moults galipettes avec nos plannings respectifs.

Ce qui sera allégé dès que notre demande de transport sera accepté par la sécu.

Son enseignante nous dit tout le bien qu’elle pense d’elle. Qu’elle est autonome, bosseuse.

Qu’elle intervient très bien et apparemment toujours avec beaucoup de justesse.

Et, mieux encore, que pour elle, Sarah n’a même plus besoin d’avs. Cette dernière est là 12h par semaine et l’enseignante nous a dit que jusqu’à présent, notre fille n’a jamais eu besoin d’elle, au point qu’elle s’occupe d’autres enfants qui, je la cite « en aurait sûrement bien plus besoin que Schtroumpfette ».

Ces paroles et constatations nous font un bien fou !

Alors on entame ce nouveau départ dans son parcours avec beaucoup de sérénité, de fierté et un peu, quand même, d’appréhension face au collège qui se profile…

1 commentaire sur “Un nouveau départ”

Un petit mot doux ? N'hésitez pas !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.