plagiat-423x218

Quand on publie sur le net, à plus forte raison sur des réseaux sociaux ou des blogs en mode public, on s’expose à certaines conséquences.
Des commentaires désagréables, parfois. Des insultes. Mais aussi au vol.
Le vol de photos ou de dessin, le plus connu. Mais aussi le vol de texte. Le vol de mots qu’on a eu du mal ou pas à coucher sur l’écran et à balancer à tout le monde.

Mon blog n’est pas encore assez connu pour cela, je n’ai donc pas subi ce genre de vol. Mon autre blog littéraire, lui, fut pillé de nombreuses fois par des personnes incapables de faire une critique d’un livre par eux-mêmes. J’ai laissé courir, simplement laissé un commentaire pour signalé que la chronique était de moi, et pas de celle qui voulait la faire passer pour sienne.

Mais évidemment ça n’a pas le même intérêt ni les mêmes conséquences émotionnelles que le vol d’un blog un peu plus personnel.

C’est ce qui arrive à Ginie, du blog Femme sweet femme dont je vous ai déjà parlé ici.

Hier soir, un statut sur sa page facebook : elle a découvert avec horreur qu’une obscure blogueuse lui avait volé ses mots, ses écrits et sa vie depuis près de deux ans.
Cette blogueuse s’est contentée de prendre les billets de Ginie et de les copier-coller sur son blog, en changeant un ou deux mots pour coller un peu plus à son histoire.

Je n’image que trop l’horreur qu’il y a de voir sa vie étalée ainsi par une autre.

D’aucuns diront que c’est bon, hein, elle l’avait publié, le billet, alors pourquoi le prendre aussi personnellement qu’une autre le republie presque mot pour mot.

Je pense qu’il faut aussi se demander ce que cela nous fait, à nous, blogueuse, de s’exposer.
Nous ne le faisons pas pour un malsain besoin narcissique. Mais plutôt pour partager avec d’autres et, avec de la chance, découvrir n’être pas les seuls à vivre des moments qui peuvent nous paraître compliqués et où nous nous sentons seuls et désarmer. Ce fut mon cas pour le billet sur La violence des mots.
J’ai relu mon billet, écrit d’une autre façon, chez La Carne. Elle ne m’a pas plagiée, n’avait même pas lu mon billet. Mais j’ai eu l’impression de me lire tant ses mots étaient les miens, tant son vécu ressemblait au mien, tant les conséquences étaient les mêmes.

Et pourtant, nous avons fait deux articles bien distincts, chacune avec nos mots, nos ressentis, sur un même thème.

Je ne me suis pas sentie flouée ou dépossédée de mes écrits. Ce n’était pas les miens. C’était les siens. Qui rejoignaient les miens.
Je me suis sentie plutôt heureuse ? Non, le terme n’est pas adapté. Moins seule, comprise en fait.

Dans le cas de Ginie, c’est tout à fait différent.

Il m’arrive de lire des billets et de me dire « Wouah ! Mais c’est tout à fait ce que je pense ! J’aurais pu écrire ces mots un à un ! »
Ai-je pour autant copié le billet sur mon blog ? Non, je me contente d’un commentaire sur le billet en question pour remercier la blogueuse de dire ce que je pense.
Éventuellement, je me fends d’un billet sur le même sujet si cela me touche au point de ressentir le besoin de donner ma propre version du sujet, comme ce fut le cas à l’époque du billet de Ginie Le diesel, qui m’avait poussée à écrire sur les difficultés que je rencontrais avec Schtroumpfette.

Ginie a beaucoup de chance, parce que pour le moment, tout le monde s’indigne de ce plagiat et se range à ses côtés pour la défendre et faire en sorte que la vilaine copieuse soit sanctionnée, les billets incriminés supprimés.

Ce n’est pas toujours le cas.

Je me souviens, il y a quelques mois, d’avoir eu une discussion un brin conflictuelle sur une page facebook.
L’auteure de la page avait commencé à mettre sous chacune des photos qu’elle y publiait une mention du type « photo perso non libre de droits. Copie interdite »
Le sous-entendu était clair : la photo est sa propriété intellectuelle et elle refusait toute récupération.
Une personne avait alors commenté en disant que cette mention était stupide et qu’à partir du moment où l’on s’expose, il ne faut pas s’étonner d’avoir son contenu volé. Et qu’il n’y avait pas là matière à se plaindre.

Je me rappelle avoir longuement échangé en essayant de faire comprendre à cette personne que non, ce n’est pas si simple. Que même si on publie des choses sur le net, sur un lieu public, cela n’en fait pas la propriété de tous.
Que chaque écrit, chaque photo, reste la propriété privée de son auteur. Que leur vol ou utilisation sans consentement du propriétaire est punissable par la loi.

Cette personne ne comprenant toujours pas, j’ai essayé de passer par une analogie : Si on part du principe qu’à partir du moment où l’on publie sur le net, donc à la vuede tous, il ne faut pas se plaindre d’être volé, dans ce cas, les bijoutiers ou les marchands qui exposent leurs marchandises dans les vitrines ne doivent pas se plaindre d’être braqués ou pillés ?
Donc, dans ce cas, si un voleur vient chez toi, te vole ton salon de jardin, tant pis pour ta gueule, t’avais qu’à pas avoir un salon de jardin qui faisait envie et laisser à la vue de tous ?

Et avec une telle mentalité, on peut aussi aller plus loin et tout justifié : le viol d’une femme serait justifiable sous prétexte que si elle ne voulait pas qu’un homme la prenne, elle n’avait qu’à ne pas s’exposer et donner envie ?

Il faut arrêter de croire que ce qui se trouve sur le net est en libre-service.

Je ne comprends pas cette fille qui s’est approprié une vie qui n’est pas la sienne. C’est pathétique. Comme sont pathétiques ceux qui volent des photos.

Je ne peux que compatir pour Ginie qui doit subir ce vol qui doit la toucher émotionnellement.

rp_vignette_les_pav_s_dans_la_mare-261x300.jpg

Crédit photo : http://www.repit-concept.com/plagiat-vol-de-contenu-web/

6 réponses à to “Plagiat”

  • la carne says:

    j’ai lu le billet de Ginie! c’est écœurant! c’est arrivé aussi à Dark Gally du blog « vogue ma galère »!
    Une fois j’ai cru être plagiée… tant nos articles me semblaient similaires… dans les mots, les idées… j’ai contacté la blogueuse… nous nous sommes expliquées… et je me suis excusée… il n’y avait là aucun plagiat… juste deux grands esprits qui se rencontraient! 😉 c’est d’ailleurs une blogueuse très talentueuse que j’aime franchement lire! ( I feel blue).
    bref. J’espère que ça s’arrangera pour Ginie!
    Pour ton info, il n’y a pas que les gros blogs bien connus qui se font plagiés… personne n’est à l’abri… 🙁

  • Bien dit et bien écrit. C’est quand même incompréhensible, pourquoi faire cela ?

  • femme35 says:

    on a tous rencontrer ce type de personnes une foi dans sa vie c’est vraiment emmerdant

Laisser un commentaire