Le jour où je me suis prise pour une strip-teaseuse !

Je me répète mais cette année, j’ai décidé que ce serait l’année où je prendrais soin de moi, apprendrais à m’aimer et apprivoiserais mon corps.

Pas mal de choses sont en route, j’y reviendrais, je pense.

Et je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me remette au sport.
Mais lequel ?

J’ai tenté la course à pied mais j’étais tant essoufflée au bout de 2 min que j’ai vite abandonné.
L’aquagym… Certains soirs, c’était trop la course avec les enfants, la fatigue, sans parler de la mauvaise période du mois et de l’épilation oubliée…
Le Top Body Challenge, ça a duré 4 semaines. Jusqu’au jour où j’ai dû prendre une mauvaise position lors d’un exercice et que bam, 4 jours d’immobilisation, un dos en vrac et un médecin mécontent m’exhortant à ne pas recommencer sans un pro pour me guider.

Dernièrement, j’en suis venue à me dire qu’il me faut un sport doux, déjà. Le truc que je peux faire même avec mon corps de non-sportive et qui m’apportera une satisfaction immédiate.

Et puis, j’ai poussé plus loin la réflexion pour en venir à « Et pourquoi pas un sport qui me permettrait d’assumer ma féminité ».

J’ai cherché du côté des danses, et j’ai même envisagé la danse burlesque. Mais je n’ai pas trouvé de cours par chez moi.

Puis j’ai fini par tomber, au fil de mes recherches, sur un cours de danse se situant juste à côté de l’école des enfants, avec des horaires plutôt nombreux et qui me vont.
Et niveau féminité, on peut difficilement faire mieux : la Pole Dance

La Pole Dance, c’est quoi ? Ben, c’est comme dans les clubs de strip-tease en fait. Tu sais, cette image que véhicule les films avant des mecs autour d’une scène, en train de mater des filles qui dansent lascivement autour d’une barre.
Bingo, tu y est !

Fais l’amour à la barre, bébé !

Bon, dans les faits, on s’est plutôt marrés.

J’y allais pas winneuse, pourtant.
Déjà, rien que la tenue demandée m’a longuement fait hésiter à annuler la séance découverte : short très trop court et débardeur, voir même brassière.

Mouais… Montrer mes bourrelets aux hanches et aux cuisses, c’était loin d’être glamour pour moi, et plutôt de l’ordre de la torture (Moi vivante, jamais!)(Mais faut jamais dire jamais)

Les cours se déroulent en petits groupes. Nous étions 7 plus la prof.
La plupart des filles sont… Bref, à côté, tu te sens vraiment moche quoi.
Mais il y avait aussi deux filles avec un corps « normal » qui te fait te sentir normale, toi aussi. Et un gars, très sympa.
Bref, passé l’instant de gène, j’ai finalement été très vite à l’aise niveau tenue (moins niveau compétence mais bon, on peut pas tout avoir).

On commence par un grand échauffement d’une bonne quinzaine de minutes. Mais rien que l’échauffement était déjà… bref, je n’étais pas la seule à avoir du mal et à avoir chaud quoi.

Puis on s’installe aux barres, deux par deux.

Pour ce cours, j’ai été en binôme avec une fille qui venait pour la 4eme fois.

Vu que nous étions des débutantes, notre barre était fixe.
Quand on a un niveau plus haut, la barre « tourne » et suit tes mouvements.
Pour débuter, non.

Sur le coup, j’étais assez dubitative de me retrouver avec une barre pour deux. Et finalement, à l’utilisation, on se rend compte que c’est très bien.
Perso, ça m’a permis de me poser entre chaque essai et ma binôme m’a permis, par ses réflexions et ses conseils, d’améliorer mes figures.

En l’espace d’une heure, j’ai appris 4 figures. Je ne me rappelle pas leurs noms assez compliqués (mais la prof va me les donner la prochaine fois) sauf la seule que je n’ai pas du tout réussi à faire, le Crucifix.

planche01_fig21
Cette figure c’est la mort ! Image http://poledance-paris.com/

Cette figure, c’est juste la mort en fait. Tu tiens en apesanteur sur la barre grâce à une jambe surtout, à ton genou et ta cheville. Puis tu dois te tracter pour te retrouver en position, avec tes bras.

C’est super joli fait par la prof (et par ma binôme). Par moi… comment dire… Je crois que c’est le seul moment du cours où j’ai été agacée.
Parce que je n’ai jamais réussi à me maintenir suffisamment avec mes jambes sans glisser. Et que je n’ai jamais réussi à me redresser par la force inexistante de mes bras.

Pourtant, il va bien falloir que je maîtrise, puisque une belle partie des figures ont cette base ou presque.
Ça viendra certainement avec le temps mais c’était hyper frustrant, parce qu’à voir les autres, ça avait l’air hyper facile et que non, en fait.

Par contre, après quelques essais, les autres étaient « à peu près » réussie et je n’étais pas peu fière de moi.

Nous n’avions pas tous le même niveau et c’est intéressant et stimulant de voir ce qu’on peut arriver à avoir comme résultat.

Ce qui m’a également fait sourire, c’est de me rendre compte que tout se fait sur la pointe des pieds, comme si on portait des talons.
Vu que je me suis fait un challenge d’apprendre à marcher avec des talons, la coïncidence était assez rigolote et du coup, je suis d’autant plus motivée.

Bon, et sinon, comment je me sens ?
Et bien, plutôt bien. Satisfaite d’avoir eu un résultat plutôt correct et visible de suite.

Clairement, c’est sportif. Je sens bien les muscles qui tirent dans les cuisses, les mollets et les bras.
Le soir même j’ai eu un peu mal aux mains. Mais rien de catastrophique. Et un peu aux cuisses.

Je dois revoir aussi quelques points pour réussir correctement. Dépasser la peur de « tomber » et ne pas trop serrer la barre non plus pour pouvoir glisser. Arrêter de « serrer les cuisses » ou de me serrer à la barre. Des réflexes un peu idiots, certes, mais qui arrivent à se calmer dans la répétition de la même figure, encore et encore.

Vais je continuer ?

Oui.

Oui mais.

La Pole Dance reste une discipline atypique et avec des contraintes matérielles (chauffage, entre autre) qui peuvent la rendre assez onéreuse.
Sur le site du cours, j’avais vu que cela me coûterait 34,50€ par mois.
Très faisable.
Sauf qu’en fait, j’ai découvert qu’ils mettent ça pour montrer ce que valent les abonnements. Mais en vrai, il faut payer d’un coup (345€, ça fait effectivement 34,50€ par mois sur 10 mois).

C’est une sacrée somme pour moi. Je vais donc voir s’ils seraient prêts à me permettre de payer mensuellement.

Sinon… et bien, ça attendra septembre. Je mettrais ces 35€ de côté tous les mois, et un peu plus même, et je paierais tout pour l’année prochaine. C’est tout.

Je finirais par dire que oui, c’est accessible à tous. Même si c’était noté sur le site, j’étais plutôt sceptique.
Pour moi, vu ma grâce naturelle et mes superbes biceps (ironie inside), je restais sur l’idée que je n’y arriverais jamais et qu’il fallait déjà une base.

Mais non. Même non sportive, on peut arriver à quelque chose de chouette dès le premier cours.
OK, c’est physique, mais moins qu’un cours de zumba par exemple, et ça reste très supportable. Si moi, j’y arrive, croyez moi, vous pouvez !

Après, il faut passer outre les petits tiraillements ou courbatures des premiers cours. Les muscles travaillent, c’est normal !
Et puis ne pas abandonner à cause des douleurs dues aux frottements sur la barre. Parce que normalement, si on prend les bonnes positions, ces frottements n’existent pas. C’est donc simplement un problème de position à résoudre. Ou arrêter de se crisper aussi.

Perso, l’une des figures m’a donné du fil à retordre et m’a un peu brûlé la cuisse. Sauf que la cuisse n’est pas censé être en contact avec la barre….
Quand ma binôme a fini par me faire comprendre où je faisais des erreurs, ça a été nickel !

 

Voilà voilà pour mon premier ressenti.

On verra si demain, j’ai des courbatures ^^

La prochaine fois, je ferais quelques photos. Je n’y ai pas pensé cette fois ci, c’est finalement la prof qui me l’a rappelé juste en fin de séance. Et qui m’a proposé de me prendre en position pour avoir de quoi alimenter un prochain billet. (quand je vous dis qu’ils sont top, dans ce cours).

Voici les quelques figures que j’ai pu apprendre ce jour (noms à venir)

Pole Sit
http://poledancemontpellier.e-monsite.com/

 

planche01_fig07
http://poledance-paris.com/

 

Open front hook
http://poledance-paris.com/



Alors, vous, ça vous tenterait ?

 

Un petit mot doux ? N'hésitez pas !