Archive pour la catégorie ‘Frian-dises’

En ce moment, les repas sont compliqués.
Jusqu’à présent, mes gnomes mangeaient très bien. Aucun souci, ils aimaient tout, mangeaient comme quatre…

Mais depuis quelques semaines les quantités se réduisent comme peau de chagrin et les refus alimentaires se multiplient…

Étrangement, à la cantine, ils mangent très bien et de tout…

Du coup, Gremlins, pour motiver Tisinge, le pire des trois, lui dit régulièrement que s’il veut devenir très grand, il faut qu’il mange bien.

Dimanche midi, je vais en cuisine faire chauffer de l’eau pour les pâtes qui accompagneront le poulet qui embaume la maison.

Tisinge me suit et me dit « J’adore ça les pâtes, j’adore ça le poulet, c’est trop bon l
Je lui réponds que c’est bien, qu’il va bien manger alors

« Oui, faut bien manger pour devenir grand

Je lui réponds qu’il a raison, et qu’il va devenir grand comme papa et maman s’il mange bien

« Et comme Nathalie aussi (sa maîtresse, NDLR). Nathalie, quand elle était petite, elle était pas grande alors elle est rentrée dans sa maison, elle a mangé et elle est devenue grande »

Quand elle était petite, elle était pas grande. Logique… ^^

Hier, j’ai retrouvé un carnet où je notais les petits mots d’enfants de Gremlins. Tu comprendras que c’était pendant une période « mère parfaite qui a le temps de faire cela » et qui a duré approximativement 56 minutes. En plusieurs fois. Voilà voilà.

En le relisant, je me suis fait sourire toute seule. Et je me suis rappelé que quand tu as des enfants, tu fais une croix sur ta fierté et ton intimité.

Acte 1 – Scène 1
Lundi matin, à l’école.
Gremlins a 3 ans et est accueilli par sa maîtresse qui, comme chaque lundi, lui demande ce qu’il a fait ce matin :
– « Ben, j’ai aidé maman à faire le tapin ». D’une voix forte et claire

Glourps… On est en mai. Impossible de confondre avec sapin, par exemple
Et là, tu vois, et surtout tu sens les regards des autres parents et de la maîtresse… Et tu prends 10 kg de honte sur les épaules.

Je cherche ce que veux bien vouloir dire Gremlins qui insiste « Si, on a fait le tapin »

Après les 10 minutes les plus longues de ma vie enfin, l’illumination :
« Oui, Gremlins, on a fait du LAPIN. À manger. Oui »

Et après un bisou exprès, tu te casses en courant, les joues bien rouges.

Acte 1 – Scène 2
Une semaine plus tard, lundi matin, à l’école, toujours le même accueil par la maîtresse.
Quand tout à coup :
« Maman, on pourra encore voir les putes ? » Toujours d’une voix forte et claire.

Et là, ta réputation est faite. Tu le sais. Tu le vois, dans les regards de tous, que quelle que soit l’explication que tu vas trouver, le doute sera toujours là

Moi : « Mais de quoi tu parles, Gremlins ?»
« Mais si, tu sais, la pute qu’on a vu avec papa ! »
« Mais chéri, ce n’est pas vrai, on a jamais vu cela » (tu commences à avoir très, très chaud »
Et Gremlins de rétorquer, les larmes aux yeux :

« Mais si, je mens pas, on a vu la pute à la télé »

Illumination !!!

« La PUB chéri, LA PUB !!! »
« Ben oui, c’est ce que j’ai dit »

Et là, t’hésite : le trucider tout de suite ? Trouver un trou profond où t’enterrer les 10 prochaines années ? Déménager dans un autre pays.

Et en réalité, tu prends un sourire crispé, tu dis au revoir à ton gnome et tu fuis le lieu de la scène avec toute la dignité qu’il te reste, c’est-à-dire trois fois rien.

Faites des gosses, qu’ils disaient !

Enfant, mes parents ont longtemps essayé de se battre pour que l’on mette nos chaussons. Ils ont fini par abandonner le combat.

Combat que j’ai repris avec mes enfants. Surtout depuis que nous avons emménagé dans notre maison et qu’il y a du carrelage bien froid.

Avec mes trois gnomes abonnés aux bronchites et aux rhumes en tous genres, j’y mets encore plus de volonté qu’eux à les oublier, ces fichus chaussons !

Autant les deux grands en ont fait une habitude, autant Tisinge, lui, tient de sa mère et il faut toujours lui redire de mettre ces foutus chaussons.
Et bien souvent, il en manque un.

Et selon Tisinge, quand il manque un chausson, si tu lui demandes où il l’a mis :

« Je sais pas, il est parti en vacances peut-être, je crois »

Donc les chaussons partent en vacances. Bien, bien. (Les salauds, z’auraient pu m’emmener merde !)

Mais parfois, les choses disparues ne sont pas parties en vacances, non, non.

Mais où est donc le paquet de M&M’s ou le sachet de gâteau, ou mon téléphone portable ?

À cela, il suffit d’aller jeter un œil sous l’escalier du salon. Ou sous le canapé.
Les planques officielles de Tisinge….

Bizarrement, je n’y retrouve jamais le fameux chausson perdu ^^

Mes enfants adorent manger des carottes râpées.

Ce midi, je leur demande ce qu’ils veulent en entrée.

Tisinge me demande donc des « Carottes Capées »

J’ai beau le reprendre à chaque fois, il continue à appeler ça comme cela.

Et à chaque fois je rigole intérieurement en pensant à des super-carottes en cape…

Supercarrotte-copie

Illustration de Une bretonne dans le sud