Cela fait plusieurs jours que je réfléchis à écrire ce billet que je laisse finalement traîner dans un coin de ma tête, tant cette année scolaire aura été riche en émotions, négatives comme positives.

Pourtant, je partais pleine d’espérance en septembre dernier. Tisinge avait été accepté en Sessad et une place lui avait été trouvé immédiatement, du coup, j’étais ravie et j’appréhendais moins le CP.

Et finalement, cette année a été un désastre de ce point de vue. Son comportement est redevenu celui d’un enfant agressif, insolent et impoli, ce comportement qui faisait qu’en moyenne section, j’allais parfois jusqu’à le laisser à la garderie du soir pour ne pas avoir à croiser son enseignante et entendre que la journée avait été catastrophique.

Pourtant, tout le monde partait hyper positif : l’année de grande section, avec l’AVS, c’était super bien passé.
Mais ce qui est possible en GS ne l’est clairement pas en primaire et j’avais dit, dès fin juin, que j’appréhendais le CP.
Et finalement, j’avais raison.

Au point que dès janvier, une déscolarisation partielle a été décidée pour « alléger le temps de collectivité » de notre fils. Une organisation un peu compliquée et prenante…

Et encore, s’il n’y avait eu que ça.
Mais non. Le Sessad, dont j’attendais énormément, ne serait ce que dans la prise en charge et l’écoute de notre découragement a été une grande déception.
Ils ont été inquiets suite à des propos tenus par notre fils et après un signalement pour informations préoccupantes, nous nous sommes retrouvés, Ex et moi, suspectés de sévices corporels sur nos enfants : commissariat, enquête sociale….

Suite à cela, la situation déjà compliquée est devenue carrément invivable : des aînés qui en veulent à leur frère de ce qu’il s’est passé, une rupture de confiance entre le Sessad et nous….

Bref… Nous avons reparlé avec le Sessad de tout ça, la confiance se réinstaure un peu mais il y a malgré tout toujours beaucoup de méfiance et de blessures de notre côté.

Depuis, j’ai fait une demande d’Itep, qui a été cette fois acceptée, mais nous savons qu’il n’y a pas de places à la rentrée, sauf désistement de dernière minute.

En attendant, malgré son caractère difficile, il reste un petit garçon extrêmement intelligent et très attachant, qui a fêté ses 7 ans le 19 juillet.

Côté Schtroumpfette, le CE2 s’est bien passé, même si nous avons constaté une régression certaine autant sur la parole que sur le comportement.
Dernièrement, nous avons demandé au Sessad qui la suit (pas le même que son frère) d’explorer toutes les pistes afin d’exclure ou d’affirmer un diagnostic.
Un trouble autistique est envisagé, on nous a aussi parlé de troubles psychotiques… A voir

Elle aura 9 ans le 25 et elle passe en CM1 où il est même envisagé de ne pas demander le renouvellement de l’AVS (elle en a une depuis 5 ans maintenant)

Pour Gremlins, l’année a été en dent de scie. Après un début d’année correcte, l’arrivée de ses 10 ans en mars et du remplaçant de sa maîtresse partie en congé maternité a donné une dégradation de son comportement.
L’adolescence arrive, et l’enseignant n’a pas aidé, et mon fils s’est mis à ne plus trop écouter en classe, trop occuper à bavarder ou à rêvasser, ou à faire le clown.

Les choses ont pris un tournant plus grave début juin quand son enseignant s’est permis un geste de violence envers lui et que, loin de s’en excuser, a menacé de recommencer.
Nous avons du aller jusqu’à la plainte….

Je reste persuadée que même si, effectivement, le début de l’adolescence peut expliquer certaines choses, ce n’est pas toujours facile pour lui de rester calme et serein quand il doit subir les désagréments d’avoir deux cadets « à problèmes ».
Je sais qu’il entends certaines choses à l’école, qui le touche parfois.
Et je me suis même demandé à quel point à force de nous voir tant accaparés par ses cadets, il ne s’est pas dit « si je mets le bazar, on s’occupera de moi ».

Nous avons donc pris la décision de l’éloigner de l’ambiance parfois lourde et il fera sa rentrée en CM2 en internat.
Nous lui avons expliqué ce que c’était, les règles et obligations, et nos raisons de l’y envoyer.
Et après nous avoir entendu, et avoir visité les lieux, il est plus que ravi de partir et, je cite « d’être tranquille loin de Tisinge et Schtroumpfette la semaine, et d’avoir mon école à moi ».

Il y a eu la grossesse et la naissance de PetitPépin, aussi, qui n’ont pas été de tout repos.
Heureusement, après des débuts chaotiques pour cause de RGO et de problèmes digestifs, ce petit monsieur de 7 mois est un amour. Il est plein de sourire, de peps…
Il a un sourire de coquin, sait se faire entendre quand il n’est pas content.
Et surtout, surtout, il adore ses frères et sœurs qui le lui rendent bien

J’ai donc vu les grandes vacances et la fin de l’année arriver avec soulagement. Plus d’école, plus d’enseignantes pas contentes, plus de réflexions, plus de Sessad, bref, j’ai l’impression d’une énorme pause qui me fait un bien fou.

Dans quelques jours, les enfants partent chez leur père pour un mois.
Je ne sais pas encore ce que je vais faire en août. Partir un peu ? Je ne pense pas mais on verra.
J’ai juste envie… de ne rien faire en fait. De savourer le peu de paix que je pourrais avoir en n’ayant qu’un seul enfant (mais un bébé).

Peut être que j’en profiterais pour finir les travaux que je veux faire dans la maison depuis longtemps. Mais peut être pas.
Peut être que j’essayerais de trouver un appartement ou une maison plus grande. Ou pas.
Peut être que j’essayerais de me mettre enfin au piano, ce dont je rêve depuis longtemps. Ou peut être pas.
Je n’ai rien envie de programmer. Juste décompresser, n’avoir aucune obligation. Et attendre le retour des 3 grands fin août !

2 réponses à to “Bilan d’une année mitigée”

Laisser un commentaire