macaron-rdv-education

On est tous d’accord pour dire que dans l’éducation des enfants, un truc qui compte, c’est l’autorité parentale et de montrer que les parents font bloc devant les enfants, quitte à accorder leurs violons ensuite, en privé.

Un des gros problèmes que subit la famille débordée, c’est justement cette autorité.

On est bien d’accord que l’autorité n’est pas la même selon le parent. On entend d’ailleurs souvent que les mamans sont plus protectrices, type maman poule, et les papas plus sévères.

Chez nous, c’est le contraire. Je suis l’autorité, Père Charmant est le bienveillant un brin laxiste

On va me dire que je suis partiale, mais c’est vrai, malheureusement, et je ne sais comment remédier à cette situation.

Depuis le début de notre vie parentale, je n’ai jamais rencontré de grosses difficultés d’autorité avec mes enfants. Ils m’obéissent assez facilement.

Oh… ils font des bêtises, me testent et sont souvent infernaux avec moi. Mais ils savent aussi que quand je dis stop, c’est stop, et qu’il vaut mieux pour leur bien-être obéir à mes demandes avant que ça pête.

Quand Gremlins a eu deux ans, nous avons eu une période très dur, où il testait à fond et me faisait payer toute tentative d’autorité tout en étant hyper câlin avec son père.
J’avais fini par faire intervenir une pédo-psy qui avait constaté une dysonnance dans nos méthodes éducatives.

En effet, Père Charmant ne se gênait pas (et a encore tendance à le faire encore) pour me reprendre devant lui. Chose que je n’ai jamais faite, tant je considère important que le couple parental parle d’une seule voix devant l’enfant.

Elle avait également constaté que si Gremlins m’obéissait rapidement, même si à contrecœur, ce n’était pas le cas avec Père Charmant.

Car Père Charmant a un énorme défaut : il déteste et fuit la confrontation.

Prenons un exemple d’il y a presque deux ans.
Je vous plante le tableau : je suis alitée pour cause de lumbago dans mon lit, à l’étage.
Les enfants ont, à l’époque, 2 ans, 3 ans et 5 ans.
Quelques heures auparavant, Père Charmant a allumé la cheminée qui est donc encore chaude.
Je l’entends à plusieurs reprises reprendre les enfants en leur demandant de ne pas s’approcher de la cheminée parce qu’ils risquent de s’y brûler. Il leur redit que c’est interdit.

d’en haut, je bous. Car je l’entends, en moins d’une demi-heure, leur dire à plus d’une quinzaine de reprises que s’ils continuent, ils vont être punis.

Exaspérée, je finis par me relever péniblement, descendre quelques marches et interpeller les enfants :
« Ca suffit ! Votre père vous a dit plusieurs fois que vous n’avez pas le droit de toucher la cheminée parce que c’est dangereux. C’est interdit. Le prochain qui y touche, c’est avec moi qu’il devra en parler, c’est clair ! »
Et je suis remontée m’allonger.
Père Charmant n’a plus eu besoin d’intervenir.

Vous avez compris le problème ?
Non ? Oui ?

Rien ne sert de crier mille fois quelque chose à un enfant, ou de menacer de le punir si la menace n’est jamais mise à exécution. Voilà la faille de Père Charmant qui ne va jamais jusqu’au bout de ses menaces.

Il avait eu du mal à entendre cette remarque, me trouvant trop sévère.

Mais il avait tenté de faire des efforts.

Mais il ne s’y prend pas comme il faut.

Désormais, il crie. Tout le temps, trop vite. J’ai beau lui en faire la réflexion, il nie.
Les enfants le disent eux-mêmes « arrête de crier tout le temps papa !»
Il répond qu’il n’aurait pas besoin de crier s’ils ne faisaient pas de bêtises.
À part, je lui rappelle que ce sont des enfants, et qu’il peut aussi intervenir sans hurler, juste en durcissant le ton. Mais que là, trop c’est trop.

Désormais, il punit. Mais de la mauvaise façon. La punition, pour lui, consiste à aller enfermer l’enfant dans sa chambre. Et a l’y laisser. Longtemps. Parfois plus d’une heure.
La punition n’est donc pas comprise, voir pas du tout prise comme telle et ne sert donc à rien.

Perso, quand ils font quelque chose d’interdit, j’interviens une première fois pour dire que je suis pas d’accord avec son geste, que je lui interdis de recommencer.

Si l’enfant recommence, je redis une seconde fois que je ne suis pas d’accord. Et que la prochaine fois, il sera puni.

S’il recommence (et à part Tisinge, c’est rare), je punis. Soit en l’isolant dans un coin de la pièce, soit dans sa chambre. Tout en lui demandant, si besoin, de réparer sa bêtise.
L’isolement dure moins de 10 min en général. Je retourne voir l’enfant et je lui demande s’il a compris pourquoi il a été puni. Je réexplique. Et je demande pourquoi c’est interdit.

Avec cette méthode du 1-2-3, je n’ai pas de gros soucis à me faire vite obéir.
Même quand je suis au téléphone, il suffit que je décompte avec mes doigts 1 puis 2 pour que le transgresseur cesse ces bêtises.

J’ai été hospitalisée 11 jours et ne suis revenue que vendredi dernier. Pour découvrir 3 gamins complètement arrogants avec leur père. À lui dire « caca boudin » même quand Père Charmant leur demande de cesser. À répondre quand il les gronde. À rigoler bêtement quand il leur parle.
Au point que je suis sortie de mes gonds, dimanche soir, quand Tisinge a répondu à son père de façon hallucinante !

J’entends ce dernier lui demander de mieux lui parler. Et lui demander de lui rappeler qui commande à la maison.
Plusieurs fois.
Le tout a duré près de 15 min. 15 min pendant lesquelles Père Charmant lui a demandé qui décide à la maison.
Jusqu’à ce que, enfin, Tisinge lui répond, d’un ton arrogant « c’est moi qui décide !»

     http://mademoiselle.maman.over-blog.com/


http://mademoiselle.maman.over-blog.com/

Après près de deux jours à écouter mes enfants devenir des petits monstres, à les voir faire des conneries sans intervenir (j’étais plus que douloureuse et shootée), je n’ai pas pu me retenir d’intervenir.

J’ai débouté, en furie, dans la chambre de mon dernier :

« Pardon, Tisinge ? Je crois que j’ai mal compris. Qui commande à la maison ?»
Il n’a pas osé répondre de suite.
« Je t’ai posé une question. Dépêche-toi de me répondre ! Qui commande à la maison ? »
« C’est maman…
« Pardon ? »
« C’est maman et papa qui commandent »

Je l’ai ensuite obligé à s’excuser auprès de son père de son langage et de son comportement. Il n’a plus haussé le ton ensuite.

Dans la foulée, j’ai été voir mes grands à qui Père Charmant avait demandé de ranger leur chambre à plusieurs reprises sans qu’ils s’y mettent.
Je les découvre chacun sur leur lit, bien décidés à ne pas ranger.

Me voyant, ils deviennent un peu gênés.
« Il me semble que papa vous a demandé de ranger votre chambre plusieurs fois. Je peux savoir pourquoi vous n’avez rien fait ? Vous allez vous dépêcher de lever vos fesses et d’obéir à votre père avant que je me fâche vraiment. Si jamais, quand papa remonte, votre chambre n’est pas rangée, je vous promets une punition dont vous allez vous rappeler longtemps. Et déjà pas d’histoire ce soir !»

Ils se sont dépêchés de se mettre à ranger.
Quand Père Charmant est remonté, ils n’avaient pas tout à fait fini. J’ai donc entendu Gremlins s’excuser auprès de son père :
« On se dépêche papa de ranger, mais ne dis pas à maman que c’est pas fini, hein, on se dépêche !»

J’avoue que j’ai longtemps ruminé tout cela hier soir. Parce que j’ai l’impression de passer pour la méchante.
Même à l’école, la maîtresse s’est rendu compte qu’il était plus judicieux de menacer Tisinge de me raconter ses bêtises. Parce que si elle dit qu’elle va le dire à papa, il s’en fiche.

Je ne sais plus quoi faire. J’aimerais que Père Charmant prenne ses responsabilités et fasse l’effort d’être plus dur avec les enfants.

Parce que, parfois, j’en viens à me dire que nos enfants seraient plus calmes, et moi moins dans l’autorité si nous n’étions plus ensemble.
Parce que, souvent, j’en viens à me dire que j’en ai marre d’être la seule à punir et à donner des limites qu’il va détruire par son manque d’autorité.
Et que je sais que cela explique certainement le comportement difficile de Tisinge…

17 réponses à to “Autorité parentale”

  • Mline says:

    Et à la lecture de ton billet il dit quoi le papa?
    Le fait que seul il n’arrive pas à gérer les monstres et que toi à ton retour, même pas bien ça roule mieux dans la maison?
    Tu vas loin dans ton questionnement par rapport à ton couple, peut-être qu’une solution serait un psy couple plutôt qu’un pedopsy.
    Ici aussi c’est plus moi l’autorité mais monsieur s’est amélioré, ouf.

    • meredebordee says:

      Pour lui, il trouve que je suis trop sévère et lui aussi. Il me dit qu’il ne crie pas. Il ne se rend pas compte.
      On a eu une longue conversation, et j’ai soulevé l’idée d’un thérapie familiale, plus qu’un psy couple. On verra 😉

  • WonderMômes says:

    WonderDad et moi avons le même style éducatif, ça nous facilite au moins la vie. Je n’ai donc pas de conseils à te donner, à part discuter, discuter et rediscuter avec ton chéri pour que vous puissiez trouver un style commun. Ça facilitera aussi la vie de tes mômes et l’ambiance à la maison c’est clair…Courage !

  • Nekazy says:

    Aie c’est dur ça quand on est pas raccord avec papa. Ici je pense que spiderpapa sera pas trop patient faudra qu’on accordent nos violons la dessus, hors de questions qu’il fasse comme sa sœur qui commence par rigoler des bêtises de sa fille pour ensuite lui hurler dessus comme une furie. Du coup la petite ( 2 ans ne comprend rien du tout la pauvre).
    Courage avec ton papa charmant en espérant qu’il réussisse a prendre de l’autorité pour te décharger un peu 😉
    Très bel article

  • La plupart des enfants quand on leur demande qui commande à la maison répondent « papa », ton Tisinge a donné la bonne réponse, chez vous, c’est maman qui commande.
    Tu tiens le rôle que beaucoup de père ont et n’aiment probablement pas plus que toi, mais il en faut bien un qui s’y colle, est-ce si grave si c’est toi qui tient ce rôle que tu sembles exercer à la perfection ?

    Autre constat que je fais dans ton récit, tu repasses toujours derrière le semblant d’ autorité de ton mari, il n’a donc pas besoin de se fouler, puisque que tu vas débarquer à un moment ou un autre pour sauver une situation qu’il ne sait pas gérer…

    Je pense qu’il faut prévenir ton mari que plus les enfants vont grandir et plus ils auront besoin de limites et surtout d’autorité et que s’il ne s’exerce pas maintenant, cela va être la cata !

    A toi de respecter les punitions qu’il donne même si elles ne sont pas à ton goût et que tu ne les trouves pas assez pédagogiques, le principal c’est qu’il montre qu’il a de l’autorité.

    Parfois, il faut aussi penser à changer les punitions, rester au coin ou dans sa chambre, au bout d’un moment ne fait plus autant d’effet.

    Bon courage ! 🙂

    • meredebordee says:

      Pour l’instant, je n’ai jamais été contre les punitions données par Père Charmant, même si j’étais en désaccord, parce que je pense que chacun ses limites et sa façon de voir l’éducation.
      Là, ce qui me pèse le plus, c’est que les enfants, sachant que papa est plus laxiste, vont toujours tester mes propres limites, même s’ils savent qu’elles ne changent pas.
      Et c’est épuisant pour moi

  • On n’en est pas encore vraiment là chez nous car Petit Girafon est encore petit… mais on a déjà des divergences…
    Mon mari a été élevé comme moi en prenant des gifles et des fessées, mais lui n’a pas encore vraiment fait son chemin vers le « une éducation sans sévices corporels est possible »… Il n’en est pas encore vraiment convaincu, et dit souvent à son fils que s’il se porte mal plus tard il prendra une fessée… Forcément moi ça me met un peu en colère, alors heureusement j’ai la chance de travailler chez moi, donc de pouvoir lui montrer que si, une éducation sans fessée c’est possible. Mais faudra que je lui prouve…!

  • lysea27 says:

    Ouh la la, mère débordée, je t’aime. Je suis malheureusement dans le cas contraire du tien, c’est moi qui suit totalement dépassée par mes enfants, qui passent mon temps a crier et a menacer de punir!!!! Mais mon très gros problème, c’est que je ne sais pas punir!!!!! Nous sommes suivi avec mon aîné (qui a 6 ans tout juste) par le pédopsychiatre. Il a le même comportement que tes enfants avec leur père a ton retour de l’hôpital. Le soucis c’est que mon fils est mal ave cette situation. J’ai besoins de conseils pour les punition!!!! S’il te plait!!!! Merci d’avance

    • meredebordee says:

      C’est compliqué de donner des idées, sachant que ça dépend de la bêtise et de l’enfant.

      Perso, j’isole l’enfant, le temps de retrouver mon calme (et qu’il retrouve le sien) puis je vais le voir en lui reparlant de ce qui s’est passé.

      Sinon, punir de télé, console, ou de l’histoire du soir, de la sortie au parc prévu ou du super dessert prévu (je remplace par un simple yaourt) ca peut aider.

      Pour mon grand, qui est très sensible, ce qui marche très bien c’est de lui dire que je suis très déçue par son comportement et que je ne souhaite plus être à ses côtés tant qu’il continue. Ca le touche énormément, et il vient vite s’excuser.

      Mais c’est un combat de tous les instants 😉

  • Ici avec Minibulette c’esta pas compliqué 18 mois c’est fastoche^^
    Juste que son popa ne sait pas lui dire non et du coup quand je pose les limites elle fonce le voir fait ses petits yeux tout mouillés et « papaaaa pappaaaa »lol Il faut expliquer à Superchewi a chaque fois c’est pénible
    Avec mister Presque ado c’est plus hardu il est dans la négociation permanente c’est éreintant!! On en arrive à crier parfois et je déteste ça…Tout le contraire de ce que je leur inculque comme éducation mais bon il y a des moments comme ça qui restent exceptionnels et heureusement mais bon on fait tous au mieux, nous faisons et ferons encore des erreurs le tout est de s’en rendre compte et de ne plus les refaire…Pas évident d’être parents^^

  • ARf, pas facile du tout d’accorder les violons.
    Tu ne passes pas pour la méchante, mais heureusement que tu te fais obéïr, sinon ce serait le bronx chez toi !
    Ici Machoman et moi, n’avons absolument pas la mêm notion d’autorité ni même les mêmes priorités.
    Du coup on essai de se compléter et même si on n’est pas d’accord avec l’autre, on valide ce que l’autre a dit devant le Dictateur et en reparle en privé.
    Du fait que nous n’avons pas les mêmes priorités dans l’éducation, nous n’avons pas non plus les mêmes exigences.. mais on essaie vraiment d’aller dans la meme direction

Laisser un commentaire